23 mars 2010 / 07:14 / dans 7 ans

Iliad attend une nouvelle amélioration des marges pour 2010

<p>Thomas Reynaud, directeur financier d'Iliad. Le fournisseur d'acc&egrave;s &agrave; internet pr&eacute;voit une nouvelle augmentation de son b&eacute;n&eacute;fice net et une croissance "&agrave; deux chiffres" de son Ebitda en 2010 et se montre optimiste sur le redressement de sa filiale Alice bien que celle-ci ait pes&eacute; sur la rentabilit&eacute; du groupe en 2009. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>

PARIS (Reuters) - Iliad annonce prévoir une nouvelle augmentation de son bénéfice net et une croissance “à deux chiffres” de son Ebitda en 2010, se montrant optimiste sur le redressement de sa filiale Alice bien que celle-ci ait pesé sur la rentabilité du groupe en 2009.

Le fournisseur d‘accès à internet a publié un résultat net annuel de 175,9 millions d‘euros, en hausse de 75%, et une marge d‘Ebitda de 33,8%, en progression de 0,3 point, pour un chiffre d‘affaires de 1,95 milliard.

Le consensus Thomson Reuters, établi à partir des estimations de 16 analystes, tablait sur un bénéfice net de 183 millions d‘euros et sur une marge d‘Ebitda de 33,3%.

“Ce qu‘on est capable d‘affirmer aujourd‘hui, ce que peu de sociétés disent et ce qu‘aucun groupe de télécoms ne dit, c‘est que 2010 sera aussi une très bonne année en terme de résultat”, a déclaré à Reuters Thomas Reynaud, le directeur financier, lors d‘un entretien téléphonique.

Pour 2010, le groupe a déclaré viser une “très forte augmentation” de son résultat net et un taux de croissance “à deux chiffres” de son Ebitda, en dépit de l‘intensification de la concurrence sur le marché français de l‘internet haut débit (ADSL).

Après Bouygues Telecom, qui a lancé Ideo en mai dernier, France Télécom a récemment annoncé le lancement d‘une offre “quadruple play” regroupant téléphone fixe et mobile, internet et télévision.

“Je n‘ai vraiment pas le sentiment que le ‘quadruple play’ réponde aux attentes des abonnés. Ça répond à une cible, mais cette cible est limitée. Je ne vois pas a ce stade d‘engouement majeur sur le marché pour les offres quadruple play”, a répondu Thomas Reynaud à une question sur le potentiel de ces nouvelles offres.

Vers 13h55, le titre Iliad progressait de 1,97%, à 76,05 euros, donnant une capitalisation boursière d‘un peu plus de quatre milliards d‘euros.

L‘indice de référence des télécoms était quant à lui en hausse de 0,16%.

ILIAD CONFIANT DANS ALICE

“La publication vaut surtout par la très forte progression du free cash flow ADSL affichée par Iliad, nettement supérieure aux attentes”, écrit un analyse de CM-CIC dans une note.

Iliad, qui a affiché un free cash flow de 376 millions d‘euros dans son activité ADSL en 2009, a légèrement relevé son objectif en la matière et vise désormais un free cash flow cumulé sur la période 2010-2012 supérieur à 1,1 milliard d‘euros.

Le groupe maintient également son objectif pour la filiale Alice, acquise fin 2008, de dégager un Ebitda de 90 millions d‘euros en base annuelle dès le second semestre 2010.

La contribution d‘Alice à l‘Ebitda du groupe s‘est élevée à 23,8 millions d‘euros en 2009.

“Le bilan de cette opération au final sera positif d‘un point de vue opérationnel et stratégique. Il y a un problème opérationnel qui est bien identifié, qui est lié au churn (taux de désabonnement), mais (...) le redressement financier d‘Alice est au rendez-vous”, a déclaré le directeur financier au sujet de la filiale.

Hors Alice, la marge d‘Ebitda d‘Iliad aurait atteint 39,4% en 2009, en progression de 5,9 points.

Iliad a confirmé l‘ensemble de ses objectifs de moyen terme, et continue de viser notamment pour 2011 le cap des cinq millions d‘abonnés au haut débit.

FREE MOBILE TOUJOURS PRÉVU POUR 2012

Pour le projet Free Mobile, dans le cadre duquel Iliad compte lancer ses premières offres mobiles en 2012, le groupe a indiqué que le déploiement des antennes et les négociations en vue de la signature d‘un accord d‘itinérance avec l‘un des concurrents avançaient conformément au calendrier qui avait été prévu.

Xavier Niel, le fondateur du groupe, a indiqué avoir choisi Nokia Siemens Networks et Alcatel-Lucent pour équiper son réseau mobile.

Il a également déclaré qu‘il n‘avait pas l‘intention de se lancer sur le marché du mobile en tant que MVNO, ou opérateur mobile sans réseau, avant 2012.

Selon les modalités prévues par l‘Arcep, le régulateur français des télécoms, Free Mobile devra déployer ses propres antennes pour desservir au moins un quart des Français, représentant une dizaine de villes, avant d‘obtenir le droit d‘accéder au réseau de l‘un de ses concurrents dans le cadre d‘un contrat d‘itinérance.

“On a des discussions nourries avec les trois opérateurs”, a commenté Xavier Niel.

Marie Mawad, avec la contribution de Leila Abboud, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below