Explorer pâtit de l'ouverture du marché européen des navigateurs

lundi 22 mars 2010 23h42
 

HELSINKI (Reuters) - Le navigateur de Microsoft Internet Explorer a cédé du terrain sur les principaux marchés européens depuis que le géant du logiciel propose aux internautes européens de choisir le navigateur qu'ils souhaitent utiliser.

Selon la société de mesure d'audience internet Statcounter, la part du marché de la navigation sur internet d'Explorer a chuté entre février et mars de 2,5 points en France, d'un point en Grande-Bretagne et de 1,3 point en Italie.

Les téléchargements du navigateur du norvégien Opera Software, numéro quatre du secteur, ont plus que doublé en Europe par rapport à leurs niveaux habituels depuis que Microsoft a commencé à diffuser auprès des internautes un écran de choix du navigateur (www.browserchoice.eu).

Ils ont plus que triplé en Espagne, en Italie et en Pologne.

Le numéro deux des navigateurs, Mozilla Firefox, a également indiqué avoir connu une forte croissance.

"Nous avons constaté une croissance significative du nombre de nouveaux utilisateurs de Firefox à la suite de (la mise en place) de l'écran de choix. Nous nous attendons à ce que ces chiffres augmentent encore avec l'extension (de la diffusion) de l'écran de choix dans l'ensemble des pays", a déclaré une porte-parole de Mozilla.

En revanche, les plus petits navigateurs ne semblent pas avoir connu une telle évolution.

"Jusqu'ici, les nouveaux téléchargements de Flock découlant de l'écran de choix n'ont contribué que légèrement à la croissance du total des téléchargements. C'est également le cas pour les autres navigateurs qui n'apparaissent pas sur l'écran principal", a indiqué Flock dans un communiqué.

Les navigateurs internet moins connus ont déjà adressé une requête à la Commission européenne pour l'engager à inciter Microsoft à modifier la présentation de son écran de choix du navigateur, afin d'augmenter leur visibilité.   Suite...

 
<p>Le navigateur de Microsoft Internet Explorer a c&eacute;d&eacute; du terrain sur les principaux march&eacute;s europ&eacute;ens depuis que le g&eacute;ant du logiciel propose aux internautes europ&eacute;ens de choisir le navigateur qu'ils souhaitent utiliser. /Photo d'archives/REUTERS/R&eacute;gis Duvignau</p>