Lagardère veut faire de "Be" plus qu'un nouvel hebdo féminin

mercredi 17 mars 2010 19h06
 

PARIS (Reuters) - Pour lancer son nouvel hebdomadaire dans le créneau porteur mais encombré des féminins, Lagardère a décidé de créer une marque, baptisée "Be", à la fois magazine, site internet, feuilleton télévisé, application sur l'iPhone et web radio.

Après le site be.com, qui revendique 400.000 visiteurs uniques en mars au bout de deux mois, Lagardère lance vendredi en France l'hebdomadaire Be visant les jeunes femmes de 20 à 35 ans, vendu 1,50 euro après un prix de lancement d'un euro pendant quatre à cinq semaines.

Il ne devrait pas faire de l'ombre au "transgénérationnel" Elle, l'hebdomadaire féminin phare de Lagardère, premier éditeur mondial de magazines grand public.

Axé sur la consommation sous toutes ses formes, Be sera proposé dès jeudi dans les magasins H&M de l'Hexagone et tentera d'attirer la lectrice sur la boutique en ligne de be.com.

Premier lancement de magazine de Lagardère depuis Public en 2003, l'arrivée de Be fait suite aux succès de Grazia (groupe Mondadori) apparu dans les kiosques à la fin de l'été 2009 et du très récent Envy (groupe Marie-Claire, dont Lagardère détient 42%).

Be sera également déclinée sur Virgin Radio, tandis que le feuilleton de six minutes "Bienvenue dans la ruche" diffusé sur les chaînes June et Virgin 17 bouclera la boucle en décrivant le quotidien de la rédaction du magazine.

Didier Quillot, patron de Lagardère Active, le pôle audiovisuel et presse du groupe, a déclaré mercredi lors d'une conférence de presse qu'il y avait des "ingrédients" pour développer la marque Be sur des marchés non francophones, même si aucun projet n'était arrêté dans l'immédiat.

Le groupe a investi quelque 20 millions d'euros bruts dans le lancement de la marque Be et vise un point mort d'ici trois ans, a-t-il précisé.

Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot

 
<p>Arnaud Lagard&egrave;re, g&eacute;rant commandit&eacute; du groupe &eacute;ponyme. Pour lancer son nouvel hebdomadaire dans le cr&eacute;neau porteur mais encombr&eacute; des f&eacute;minins, Lagard&egrave;re a d&eacute;cid&eacute; de cr&eacute;er une marque, baptis&eacute;e "Be", &agrave; la fois magazine, site internet, feuilleton t&eacute;l&eacute;vis&eacute;, application sur l'iPhone et web radio. /Photo prise le 11 mars 2009/REUTERS/Charles Platiau</p>