Le smartphone pourrait révolutionner l'accès au contenu payant

samedi 13 mars 2010 11h59
 

par Georgina Prodhan

ABOU DHABI (Reuters) - Les groupes de médias, qui cherchent depuis longtemps à faire payer leur contenu sur internet, pourraient y être aidés par la manière dont les téléphones multifonctions révolutionnent l'accès au web.

De plus en plus de personnes se connectent à internet via leur téléphone portable plutôt que via leur ordinateur et l'institut Gartner estime que les ventes de smartphones devraient dépasser celles des PC en 2012.

Payer pour accéder à du contenu sur le web, l'idée fait son chemin depuis l'année dernière et s'impose lentement mais sûrement comme le prochain modèle économique des grands groupes de médias occidentaux, News Corp de Rupert Murdoch en tête.

Ainsi, le groupe du magnat australien, le New York Times ou Axel Springer ont-ils commencé à faire payer leurs contenus. S'ils s'exposent à réduire leur audience, ils espèrent que la mise en place d'abonnements génèrera des revenus.

LES ATOUTS D'INTERNET

Décidée pendant la crise, cette stratégie n'a pas été testée auprès des internautes, mais elle s'imposait, car, de l'avis général, les revenus publicitaires ne retrouveront pas leurs niveaux d'avant la récession économique.

"Nous sommes convaincus qu'il faut développer des modèles économiques basés sur deux sources de revenus, publicité et abonnements", assure Jon Miller, responsable des médias numériques chez News Corp.

Les éditeurs expliquent avoir besoin que le consommateur revoie sa manière d'aborder internet, présumant que tout doit être gratuit, afin de pouvoir soutenir la production d'information et de contenu de grande qualité.   Suite...

 
<p>Les groupes de m&eacute;dias, qui cherchent depuis longtemps &agrave; faire payer leur contenu sur internet, pourraient y &ecirc;tre aid&eacute;s par la mani&egrave;re dont les t&eacute;l&eacute;phones multifonctions tels que l'iPhone d'Apple r&eacute;volutionnent l'acc&egrave;s au web. /Photo prise le 3 mars 2010/REUTERS/Nicky Loh</p>