13 mars 2010 / 11:02 / il y a 8 ans

Le smartphone pourrait révolutionner l'accès au contenu payant

par Georgina Prodhan

<p>Les groupes de m&eacute;dias, qui cherchent depuis longtemps &agrave; faire payer leur contenu sur internet, pourraient y &ecirc;tre aid&eacute;s par la mani&egrave;re dont les t&eacute;l&eacute;phones multifonctions tels que l'iPhone d'Apple r&eacute;volutionnent l'acc&egrave;s au web. /Photo prise le 3 mars 2010/REUTERS/Nicky Loh</p>

ABOU DHABI (Reuters) - Les groupes de médias, qui cherchent depuis longtemps à faire payer leur contenu sur internet, pourraient y être aidés par la manière dont les téléphones multifonctions révolutionnent l‘accès au web.

De plus en plus de personnes se connectent à internet via leur téléphone portable plutôt que via leur ordinateur et l‘institut Gartner estime que les ventes de smartphones devraient dépasser celles des PC en 2012.

Payer pour accéder à du contenu sur le web, l‘idée fait son chemin depuis l‘année dernière et s‘impose lentement mais sûrement comme le prochain modèle économique des grands groupes de médias occidentaux, News Corp de Rupert Murdoch en tête.

Ainsi, le groupe du magnat australien, le New York Times ou Axel Springer ont-ils commencé à faire payer leurs contenus. S‘ils s‘exposent à réduire leur audience, ils espèrent que la mise en place d‘abonnements génèrera des revenus.

LES ATOUTS D‘INTERNET

Décidée pendant la crise, cette stratégie n‘a pas été testée auprès des internautes, mais elle s‘imposait, car, de l‘avis général, les revenus publicitaires ne retrouveront pas leurs niveaux d‘avant la récession économique.

“Nous sommes convaincus qu‘il faut développer des modèles économiques basés sur deux sources de revenus, publicité et abonnements”, assure Jon Miller, responsable des médias numériques chez News Corp.

Les éditeurs expliquent avoir besoin que le consommateur revoie sa manière d‘aborder internet, présumant que tout doit être gratuit, afin de pouvoir soutenir la production d‘information et de contenu de grande qualité.

Kai-Fu Lee, ancien de Microsoft et de Google, voit, lui, ce changement de mentalité naître davantage des opportunités offertes par internet que des besoins des entreprises.

La possibilité de passer du marketing à la vente en un clic va permettre d‘opérer un changement dans l‘accès au contenu et sa vente, précise-t-il.

Interrogé sur la possibilité de générer des revenus par abonnement parallèlement à des recettes publicitaires, il a déclaré que, pour lui, l‘important n’était pas la diversité des sources de chiffre d‘affaires mais plus la capacité d‘un modèle à jouer sur la croissance et les atouts d‘internet.

“Cela peut passer par des abonnements haut de gamme, de la publicité, un kiosque d‘applications ou tout autre modèle économique.”

50 MILLIARDS D‘APPAREILS CONNECTÉS

Les kiosques d‘applications, ces boutiques en ligne proposant de petits logiciels utilitaires ou ludiques, ont proliféré depuis le lancement de celui d‘Apple pour l‘iPhone en 2008.

De la mi-2008 à la fin 2009, plus de trois milliards d‘applications pour iPhone ont été téléchargées, la plupart étant gratuites ou vendues à moins d‘un dollar.

Ce marché, qui repose sur de forts volumes de ventes, devrait atteindre les 6,8 milliards de dollars en 2010, selon le cabinet d’études Gartner.

Dans ce type de modèle, le créateur de l‘application, que ce soit un éditeur de logiciels identifié ou un simple fan d‘informatique perçoit 70% du fruit des ventes sur le kiosque d‘Apple.

Les ventes de smartphones, dont l‘iPhone, devraient croître de quelque 50% cette année pour atteindre les 250 millions d‘unités, alors que dans le même temps les ventes de PC ne devraient progresser que de 20% à 366 millions d‘unités.

L‘apparition de nouveaux appareils nomades tels que la liseuse Kindle d‘Amazon, ou la tablette iPad d‘Apple, destinés à un marché intermédiaire entre le PC portable et le combiné mobile, sont vus comme autant d‘opportunités supplémentaires.

Le marché des liseuses, bien qu‘encore embryonnaire, ouvre aux éditeurs traditionnels des opportunités de revenus plus attrayantes que les modèles économiques reposant sur la publicité.

Le directeur général de la division équipement mobile d‘Ericsson, Hans Vestberg, a réitéré cette semaine sa prédiction de voir 50 milliards d‘appareils connectés d‘ici 2020.

Le directeur général de Google estime lui que “l‘adoption de l‘internet mobile se fait à un rythme huit fois supérieur que ce qui s‘est produit lors de la première vague d‘accès à internet via des PC. Il pourrait y avoir des limites (à cette croissance) mais nous sommes très loin de les avoir atteintes”, affirme Eric Schmidt.

Avec Tarmo Virki à Helsinki; Patrice Mancino et Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below