11 mars 2010 / 17:41 / dans 8 ans

La Poste veut lancer une offre de téléphonie mobile

<p>La Poste, dont l'&eacute;rosion des revenus s'acc&eacute;l&egrave;re dans ses activit&eacute;s courrier, envisage de lancer une offre de t&eacute;l&eacute;phonie mobile avec un partenaire t&eacute;l&eacute;coms. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>

PARIS (Reuters) - La Poste, dont l’érosion des revenus s‘accélère dans ses activités courrier, a déclaré jeudi envisager de lancer une offre de téléphonie mobile avec un partenaire télécoms.

Lors de la présentation de ses résultats 2009, le groupe public, qui va bénéficier cette année d‘une augmentation de capital de 2,7 milliards d‘euros, a dit avoir ouvert une procédure de consultation auprès des opérateurs de téléphonie mobile.

“Nous avons présenté ce matin au conseil d‘administration l‘ouverture d‘une procédure de consultation du marché pour la distribution de produits de téléphonie mobile dans les bureaux de poste”, a ainsi déclaré Jacques Rapoport, directeur général délégué de La Poste, lors d‘une conférence de presse.

“Nous sommes présents dans la téléphonie depuis de nombreuses années”, a-t-il souligné en référence aux cartes prépayées. “Nous voulons poursuivre notre développement dans une activité qui commence à prendre un poids significatif. Et l’étape suivante du développement n‘est plus seulement de vendre des cartes prépayées mais de distribuer des abonnements”.

La Poste a aussi expliqué avoir fait le choix de s‘associer à un opérateur télécoms, confirmant ainsi des informations de presse .

“Nous avons fait le choix de ne pas y aller seuls, d‘y aller avec un partenaire issu du monde télécoms (...). Nous voulons faire des produits simples, des produits compétitifs en termes de coûts et de qualité de services aux clients, et accessibles au plus grand nombre”, a insisté Jacques Rapoport.

En 2009, en raison de la concurrence d‘internet et de la récession économique qui a contraint les entreprises à réduire leurs dépenses courrier, l’établissement public a vu son chiffre d‘affaires reculer de 1,3% à 20,5 milliards d‘euros (-2% à périmètre comparable).

AMÉLIORER LA RENTABILITÉ

Dans le courrier, ses revenus ont reculé de 4,7%. Ils ont baissé de 3,5% dans l‘activité colis/express. En revanche, les revenus de sa filiale de services financiers, La Banque postale, ont crû de 4% l‘an dernier.

“La Banque postale est devenue le premier contributeur aux résultats de La Poste”, a fait remarquer Jean-Paul Bailly, le président du groupe public.

La filiale bancaire a ainsi contribué à hauteur de 612 millions d‘euros au résultat d‘exploitation du groupe La Poste (757 millions d‘euros). Elle n‘est pas autorisée à faire du crédit aux entreprises.

Interrogé sur une diversification dans le financement des PME, souhaitée par le président de la République, Patrick Werner, le président de La Banque postale, a déclaré: “Nous pensons bien nous développer auprès de la clientèle entreprise. Se développer dans le crédit est sûrement quelque chose qui nous y aiderait et qui pousserait notre développement”.

“Il est certain que le fait de ne pas pouvoir apporter de financement à nos clients (entreprises, ndlr) nous prive de pouvoir être leur banque principale”, a-t-il ajouté. “Il reste à étudier ce que nous pouvons faire, comment nous pouvons le faire”.

Prié de dire si le groupe envisageait une ouverture du capital de la Banque postale, Jean-Paul Bailly a déclaré qu‘un tel scénario n’était pas à l‘ordre du jour.

“La Banque postale est totalement partie intégrante de notre modèle. Elle est décisive pour l’équilibre de notre groupe”, a dit Jean-Paul Bailly.

Pour se préparer à l‘ouverture du marché du courrier à la concurrence en Europe le 1er janvier 2011, La Poste va recevoir 2,7 milliards d‘euros de capitaux publics dont 1,5 milliard en provenance de la Caisse des dépôts et 1,2 milliard de l‘Etat.

“L‘objectif est d‘avoir l‘augmentation de capital au cours du second semestre”, a fait savoir Bernard Delpit, le directeur financier de La Poste.

Dans le cadre de cette ouverture à la concurrence, Jean-Paul Bailly a insisté sur la nécessité pour le groupe public d‘améliorer sa rentabilité. La marge d‘exploitation de La Poste ressort à 3,7% en 2009 contre 6,2% pour son concurrent TNT.

“La rentabilité de La Poste reste à améliorer”, a dit le président du groupe.

Le directeur financier de l’établissement a jugé que la dette de La Poste, à 5,5 milliards d‘euros à fin 2009, était “trop lourde”.

Matthieu Protard, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below