22 février 2010 / 19:24 / il y a 7 ans

Un rapport de l'Onu pointe l'explosion des e-déchets d'ici 2020

<p>Les d&eacute;chets provenant d'appareils &eacute;lectroniques augmenteront consid&eacute;rablement dans les pays en d&eacute;veloppement au cours de la d&eacute;cennie &agrave; venir, l'Inde &eacute;tant expos&eacute;e &agrave; elle seul &agrave; une hausse de 500% des d&eacute;chets informatiques d'ici 2020 par rapport &agrave; 2007, selon un rapport d'&eacute;tude publi&eacute; par les Nations unies. /Photo prise le 24 novembre 2009/Pichi Chuang</p>

par Sunanda Creagh

NUSA DUA, Indonésie (Reuters) - Les déchets provenant d'appareils électroniques augmenteront considérablement dans les pays en développement au cours de la décennie à venir, l'Inde étant exposée à elle seul à une hausse de 500% des déchets informatiques d'ici 2020 par rapport à 2007, selon un rapport d'étude publié par les Nations unies.

Les "e-déchets", un terme rassemblant un vaste éventail de produits allant du téléphone à l'imprimante en passant par les téléviseurs, réfrigérateurs et autres appareils ménagers, augmentent annuellement de 40 millions de tonnes mondialement.

Le rapport présenté lundi à Bali par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (ou UNEP pour United Nations Environment Programme) prévoit que d'ici 2020, ce type de déchets augmentera dans des proportions allant jusqu'à 400% en Chine et en Afrique du Sud, par rapport aux niveaux de 2007.

"Ce rapport rappelle combien il est urgent de définir des procédés ambitieux, formels et régulés de collecte et de gestion des e-déchets en mettant en place des centres d'envergure et efficaces en Chine", a déclaré Achim Steiner, directeur exécutif de l'UNEP.

"La Chine n'est pas la seule face à ce sérieux défi. L'Inde, le Brésil, le Mexique et d'autres encore pourrait devoir faire face à des dégâts environnementaux et des problèmes sanitaires si le recyclage des e- déchets est soumis aux aléas d'un secteur non officiel", dit-il dans le rapport au sujet des toxines libérées lorsque des personnes les font brûler pour essayer de récupérer le maximum de composants valorisables tels que le cuivre ou l'or.

Le rapport, co-signé par l'institut fédéral suisse EMPA, le spécialiste belge des matériaux Umicore et l'United Nations University à Tokyo, souligne que les Etats-Unis sont le premier producteur d'e-déchets avec 3 millions de tonnes annuelles.

Vient ensuite la Chine, avec près de 2,3 millions de tonnes produite au niveau national, sans compter que le pays accueille sur son sol les déchets de nombreux pays développés, selon l'EMPA.

DÉCHETTERIES ILLÉGALES

L'étude prédit que les déchets liés aux téléphones portables en Chine seront presque sept fois plus important qu'en 2007 d'ici 2020, tandis qu'en Inde ils seront multipliés par près de 18 fois.

Le rapport préconise le transfert de certains déchets, tels que les circuits imprimés ou les piles, des pays les plus pauvres vers des pays obéissant à des normes comparables à celles de l'OCDE, mieux équipés pour les recycler convenablement.

Le ministre de l'Environnent indonésien Gusti Muhammad Hatta a déclaré dans une allocution lundi que son pays était vulnérable face aux trafiquants de déchets dangereux.

Jim Puckett de l'ONG américaine Basel Action Network, qui traque les trafics illicites d'e-déchets, a soulevé que les autorités indonésiennes avaient récemment découvert un chargement de neuf conteneurs de 12 mètres contenant des déchets électroniques provenant du Massachusetts, aux Etats-Unis.

"Ils contenaient principalement un amas de tubes cathodiques, moniteurs d'ordinateurs. C'était de vieux débris dont les gens voulaient se débarrasser parce qu'aujourd'hui tout le monde veut des écrans plats", a-t- il précisé, ajoutant que les autorités locales avaient renvoyer le chargement à son expéditeur.

Bien encadrés, le traitement des e-déchets pourrait pourtant représenter un enjeu économique, selon Konrad Osterwalder, recteur de l'United Nations University.

"Ce rapport présente de nouvelles technologies et nouveaux mécanismes ingénieux qui, combinés à des politiques nationales et internationales, pourraient transformer ces déchets en biens, créant de nouvelles opportunités commerciales associées à des emplois "verts".

Version française Patrice Mancino

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below