February 16, 2010 / 2:52 PM / 7 years ago

Boursorama met le cap sur la banque en ligne

6 MINUTES DE LECTURE

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Boursorama veut accélérer son développement dans la banque en ligne pour profiter de l'appétit croissant des clients pour les services bancaires par internet et se dit prêt à des acquisitions en France et à l'étranger, déclare mardi le nouveau PDG du groupe dans une interview à Reuters.

Le spécialiste du courtage et de la banque en ligne, contrôlé à 56% par la Société générale, sera ainsi pleinement associé à la stratégie de sa maison mère qui a fait de la banque de détail et de la banque privée ses priorités de développement pour l'après-crise.

"On va accélérer le développement commercial de Boursorama avec des ouvertures de comptes grâce au relais de croissance que constitue la banque en ligne", explique Hugues Le Bret, PDG de Boursorama depuis le 1er janvier et ancien directeur de la communication de la Socgen.

"Le groupe Société générale valide le fait que Boursorama est un actif stratégique", poursuit-il. "Boursorama devient un actif stratégique pour le développement de la banque de détail en France".

Créée en France en 1995, la société est présente en Espagne avec Self Bank, en Allemagne avec OnVista et en Grande-Bretagne avec Selftrade. Elle réalise déjà près de 20% de ses revenus hors de France et Hugues Le Bret assure que la part de l'international "devrait augmenter".

Des Ambitions Internationales

Pour atteindre ses objectifs de croissance, Boursorama va compléter son offre de services en Grande-Bretagne et espère pour ce faire obtenir de la Financial Services Authority (FSA) une licence bancaire outre-Manche.

"En Grande-Bretagne, on postule à la licence bancaire qu'on espère avoir dans le courant de l'année", dit encore le responsable de Boursorama.

En Allemagne, où il affiche une perte brute d'exploitation de 5,1 millions d'euros en 2009, le groupe se fixe comme objectif d'être à l'équilibre en 2011.

"En Allemagne, on a perdu de l'argent pendant des années. On a encore perdu cinq millions l'an dernier. Les pertes vont sensiblement se réduire cette année et on devrait être à l'équilibre en 2011", souligne Hugues Le Bret.

En Espagne, où elle affiche aussi une perte brute d'exploitation de 4,6 millions d'euros, la société ne remet pas non plus en cause ses investissements.

"L'Espagne n'est pas un problème pour moi. Nous avions un broker en ligne qui était rentable. Avec La Caixa, nous avons décidé de le transformer en banque", explique encore le PDG de Boursorama. "Je suis confiant même si, là encore, on investit et qu'on continuera de perdre de l'argent pendant plusieurs années".

Les acquisitions ne sont pas non plus mises en veille même si le groupe ne s'est pas fixé de budget précis.

"On regarde les acquisitions que nous pourrions faire dans les pays où nous sommes présents, et éventuellement dans d'autres pays", dit Hugues Le Bret. "Mais on le fera de manière très pragmatique et en approchant nous-mêmes les entreprises."

"Nous n'avons pas de budget précis pour des acquisitions mais l'idée est de dupliquer le modèle de Boursorama sur les marchés où nous sommes présents", précise-t-il.

DES REVENUS PLUS ÉQUILIBRÉS

L'an dernier, Boursorama a tiré parti de la reprise des marchés financiers et des ouvertures de comptes et a dégagé des résultats supérieurs aux attentes pour son exercice 2009, avec un bénéfice net de 49 millions d'euros (Plus de détails sur

).

S'il s'est refusé à tout pronostic pour 2010, Hugues Le Bret estime que le développement dans la banque en ligne permettra de réduire la part des activités de courtage dans les résultats.

"Plus Boursorama sera une banque, moins ses résultats seront volatils. L'idée étant de faire décroître, petit à petit, la part des ordres de Bourse et d'avoir une hausse des revenus sur les activités bancaires", explique le PDG de la société.

Prié de dire si une évolution du capital de Boursorama, dont la banque espagnole La Caixa détient 21%, était prévue, l'ancien responsable de la communication de la Socgen s'est abstenu de tout commentaire.

Vers 15h, l'action Boursorama gagnait 0,32% à 9,50 euros mais abandonne 2,07% depuis le début de l'année.

Matthieu Protard, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below