16 février 2010 / 10:46 / dans 8 ans

RIM met en garde contre une pénurie de bande passante

<p>Le co-directeur g&eacute;n&eacute;ral de Research In Motion Mike Lazaridis. RIM, le fabricant du BlackBerry, estime que les combin&eacute;s multim&eacute;dias consomment trop de bande passante et juge qu'il est temps de d&eacute;velopper des produits moins gourmands, sous peine de congestionner les r&eacute;seaux. /Photo prise le 21 octobre 2009/REUTERS/Ina Fassbender</p>

par Nicole Mordant

VANCOUVER (Reuters) - Research In Motion, le fabricant du BlackBerry, estime que les combinés multimédias consomment trop de bande passante et juge qu‘il est temps de développer des produits moins gourmands, sous peine de congestionner les réseaux.

Alors que de plus en plus d‘utilisateurs délaissent les téléphones cellulaires traditionnels au profit de “smartphones” comme le BlackBerry ou l‘iPhone d‘Apple, le trafic de données a explosé sur les réseaux mobiles, qui menacent d’être saturés, a déclaré à Reuters le co-directeur général de RIM Mike Lazaridis.

Déjà, certains centres urbains nord-américains sont pratiquement encombrés, ce qui se traduit par une hausse du nombre d‘appels inaboutis et par un ralentissement des transferts de données.

“Les fabricants seraient bien inspirés de commencer à concevoir des appareils plus efficaces et des services plus efficaces encore. Il n‘y a pas vraiment de solution pour s‘en sortir”, a déclaré Mike Lazaridis.

“Si nous ne commençons pas à préserver la bande passante, nous courons le risque d‘une crise de la bande passante aux Etats-Unis.”

Mike Lazaridis s‘apprête à porter son message au Salon mondial de la téléphonie mobile qui se tient cette semaine à Barcelone.

Contrairement à la fibre optique, qui peut considérablement accélérer le transfert de données, les appareils sans fil doivent tous partager le même spectre.

“MANGEURS D‘ONDES”

Les smartphones, représentent déjà quelque 25% du marché de la téléphonie mobile et cette proportion pourrait atteindre 50% dans les années à venir selon le cabinet d’étude Nielsen.

Or ces appareils consomment 30 fois plus de bande passante d‘un téléphone cellulaire traditionnel, et l‘iPhone, surnommé iHog (iGoinfre) par un analyste, est présenté comme l‘un des principaux “mangeurs d‘ondes”.

Selon une analyse de Canaccord Adams, certains ordinateurs portables accaparent quant à eux jusqu’à 450 fois plus de bande passante qu‘un téléphone portable classique.

RIM dit de son côté avoir un impact plus faible sur la bande passante grâce à un dispositif qui détourne le transfert de courriels vers ses propres serveurs.

Selon plusieurs études réalisées l‘année dernière, la BlackBerry sont cinq fois plus efficaces pour la lecture de courriers électroniques et de fichiers joints que les autres plates-formes.

Pour la recherche sur internet, le combiné de RIM est trois fois plus rapide que ses concurrents, estime une étude de Raysavy Research.

“C‘est vraiment fondamental pour un opérateur car cela signifie qu‘il peut avoir trois clients BlackBerry qui font des recherches, contre un client pour les autres”, dit Mick Lazaridis.

“C‘est un net avantage pour eux si l‘on pense aux milliards de dollars investis par les opérateurs dans des licences et dans les infrastructures.”

Nicolas Delame pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below