L'UE devrait approuver l'accord Microsoft-Yahoo

vendredi 12 février 2010 19h48
 

BRUXELLES (Reuters) - Microsoft devrait obtenir un accord sans condition de l'Union européenne à son accord avec Yahoo dans la recherche sur internet, censé les renforcer face à Google, a-t-on appris de sources proches du dossier.

Les deux groupes américains ont annoncé en juillet dernier cet accord qui doit les engager sur une durée de dix ans mais qui n'est pas encore entré en application, faute du feu vert des autorités compétentes.

La Commission européenne s'est donné jusqu'au 19 février pour prendre une décision sur le dossier.

Elle peut prolonger son examen et demander aux deux sociétés de lui proposer des "remèdes" si elle estime que l'opération est susceptible d'entraver la concurrence et de pénaliser certains concurrents ou leurs clients.

Microsoft avait jusqu'à ce vendredi pour soumettre à Bruxelles de telles propositions. Il n'en a soumises aucune, a dit l'une des sources.

"Je m'attends à un feu vert sans condition vendredi prochain", a-t-elle ajouté.

Les experts estiment que l'impact de l'opération en terme de concurrence sera très limité en raison de la domination du marché par Google.

Ce dernier détenait en novembre 90% du marché mondial de la recherche en ligne, contre 7,4% pour le tandem formé par Microsoft (avec Bing) et Yahoo, selon les chiffres de novembre du cabinet d'études StatCounter.

Google avait lui-même conclu un accord avec Yahoo, finalement abandonné en 2008 sous la pression de la justice américaine et auquel Microsoft s'était opposé.

En décembre, Microsoft a mis fin à un bras-de-fer juridique de dix ans avec les autorités européennes en permettant aux utilisateurs de son système d'exploitation Windows de choisir leur logiciel de navigation sur internet.

Foo Yun Chee, version française Marc Angrand

 
<p>Microsoft devrait obtenir un accord sans condition de l'Union europ&eacute;enne &agrave; son accord avec Yahoo dans la recherche sur internet, cens&eacute; les renforcer face &agrave; Google, selon des sources proches du dossier. /Photo d'archives/REUTERS</p>