France Télécom va investir deux milliards d'euros dans la fibre

mercredi 10 février 2010 20h34
 

PARIS (Reuters) - France Télécom annonce qu'il compte investir deux milliards d'euros dans un réseau de fibre optique d'ici à 2015 dans les zones très peuplées, mettant ainsi fin au gel de ses dépenses dans ce domaine.

L'opérateur télécoms avait arrêté ses investissements dans la fibre en juin dernier après la décision de l'Arcep, l'autorité des télécoms, stipulant le modèle de déploiement "multifibres" en zones denses, selon lequel chaque opérateur achemine sa propre fibre jusqu'à chaque foyer.

Pour ces villes très peuplées, dites de "zone 1" selon la classification de l'Arcep, l'Etat a avalisé à la mi-janvier la décision du régulateur, donnant ce que le Premier ministre François Fillon a alors estimé être le "top départ" des investissements des opérateurs.

"Dans les zones très denses, le déploiement reprendra dans les neuf agglomérations déjà couvertes (Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Marseille, Metz, Nantes, Nice et Toulouse) et en Île-de-France.

Ce déploiement sera également étendu dès 2010 dans d'autres villes telles que Cannes, Montpellier, Orléans, Rennes, Strasbourg et Toulon, a déclaré Orange.

Le groupe s'est fixé pour objectif "d'être présent dans toutes les régions métropolitaines d'ici 2012, sur environ 45 agglomérations, puis dans tous les départements métropolitains ainsi que trois départements d'outre-mer d'ici 2015".

Orange dit également qu'il prévoit d'investir dans les zones "2" et "3", moins peuplées. Il s'est dit ouvert à des dispositifs de co-investissement avec d'autres opérateurs en "zone 2", ainsi qu'à des partenariats avec les collectivités locales dans les zones les moins habitées ("zone 3").

France Télécom a précisé dans un communiqué qu'il investissait déjà près de trois milliards d'euros par an dans ses réseaux.

"Avec ce nouveau programme, le groupe n'envisage pas de modifier substantiellement le montant de ses investissements en France, dont une partie importante est et continuera d'être consacrée à la modernisation et à la maintenance de son réseau et de son infrastructure de services", précise le communiqué.

Marie Mawad, édité par Benoît Van Overstraeten