L'offensive d'Intel sur le mobile contrariée par l'iPad d'Apple

jeudi 4 février 2010 20h57
 

par Ian Sherr

SAN FRANCISCO (Reuters) - La présentation le mois dernier de l'iPad d'Apple, équipé d'une puce maison A4 issue de l'architecture ARM, a mis en lumière les difficultés d'Intel sur le segment en plein expansion des appareils mobiles tels que les smartphones et les tablettes.

Le numéro un mondial des fabricants de semi-conducteurs, qui a bâti sa fortune en installant ses puces Intel sur la majeure partie des ordinateurs portables et de bureau vendues dans le monde, ainsi que la quasi totalité des netbooks, est très peu présent sur les appareils mobiles.

Alors que le premier smartphone utilisant une puce Intel sera vendu seulement au second semestre 2010, la plupart de ces appareils sont actuellement dotés de processeurs bon marché à basse consommation issus de l'architecture ARM et conçus par des fabricants tels que Nvidia, Marvell, Qualcomm ou Samsung.

"Ils (Intel) n'ont pas fait leurs preuves dans leur capacité à fournir ces types de puces", a déclaré Patrick Wang, analyste chez Wedbush Morgan. "Ils n'ont pas réussi dans le passé et ils essayent de nouveau".

La puce A4 d'Apple conçue par PA Semi, société rachetée récemment, offre à l'iPad des performances comparables aux processeurs concurrents, mais avec une très faible consommation.

Selon Apple, son appareil dispose d'une autonomie de dix heures en utilisation et d'un mois en veille.

D'après les analystes, le fait qu'Apple ait choisi de développer son propre processeur semble montrer que des puces spécialisées sont plus adaptées que l'approche généraliste d'Intel sur le marché en plein expansion des appareils à mi-chemin entre un ordinateur et un téléphone.

En outre, la rumeur prête à Apple l'intention d'utiliser sa puce A4 dans la prochaine version de son iPhone attendu cet été.   Suite...

 
<p>La pr&eacute;sentation le mois dernier de l'iPad d'Apple, &eacute;quip&eacute; d'une puce maison A4 issue de l'architecture ARM, a mis en lumi&egrave;re les difficult&eacute;s d'Intel sur le segment en plein expansion des appareils mobiles tels que les smartphones et les tablettes. /Photo prise le 27 janvier 2010/REUTERS/Kimberly White</p>