L'Alsace bascule en douceur dans la télévision 100% numérique

mardi 2 février 2010 21h52
 

STRASBOURG (Reuters) - Le passage à la télévision 100% numérique s'est déroulé mardi sans accroc majeur en Alsace, première région française à expérimenter la fin de la diffusion analogique.

Un tiers des 700.000 foyers alsaciens, ceux qui dépendent de l'antenne râteau pour recevoir les chaînes, qu'ils soient déjà équipés ou non pour la réception numérique, étaient concernés par une opération qui a débuté à minuit avec l'arrêt de la diffusion hertzienne.

"Globalement, ça se passe bien", a résumé la secrétaire d'Etat au développement de l'économie numérique, Nathalie Kosciusko-Morizet, qui s'est rendue à Strasbourg pour faire un bilan de l'opération.

Les deux principaux émetteurs ont été rallumés dès 05H00 et 21 des 29 réémetteurs l'étaient à 17H00, laissant augurer d'une couverture totale de la région comme prévu vers 18H00.

France télé numérique, le groupement d'Intérêt public (GIP) chargé de superviser les opérations, estimait à 3% le nombre de foyers qui conserveraient provisoirement un écran noir, faute d'avoir pu ou su de doter à temps d'un équipement de réception adéquat.

Quelques problèmes restaient notamment posés dans certains secteurs des Vosges où l'installation de nouveaux réémetteurs, rendus nécessaires par la technologie numérique, était en cours de finalisation.

Calibrés pour répondre à 5.000 sollicitations, les trois centres d'appel mobilisés n'en avaient reçu 2.300 à 17H00, dont 40% émanant de personnes de plus de 60 ans.

"Le principal motif, 30% des appels, concernait la mémorisation des chaînes", a indiqué à la presse Olivier Gerolami, directeur général de France télé numérique.

Soixante-dix personnes âgées ont téléphoné pour solliciter l'aide à domicile gratuite mise en place par le GIP et confiée au personnel de La Poste, en Alsace.   Suite...

 
<p>Le passage &agrave; la t&eacute;l&eacute;vision 100% num&eacute;rique s'est d&eacute;roul&eacute; mardi sans accroc majeur en Alsace, premi&egrave;re r&eacute;gion fran&ccedil;aise &agrave; exp&eacute;rimenter la fin de la diffusion analogique. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard</p>