L'e-commerce attire de plus en plus d'enseignes traditionnelles

mardi 2 février 2010 23h24
 

PARIS (Reuters) - Le commerce sur internet a connu un très bon Noël en France et ce mode de distribution devrait continuer d'attirer les enseignes "traditionnelles" en 2010, estime la Fédération de l'e-commerce et de la vente à distance (Fevad).

Dans une étude publiée conjointement avec le secrétariat d'Etat chargé du Commerce, de l'Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services et de la consommation, la Fevad précise que les ventes du e-commerce ont progressé de 26% en 2009, pour atteindre 25 milliards d'euros.

Le chiffre d'affaires s'est inscrit en hausse de 26% au cours des mois de novembre et décembre, à cinq milliards d'euros.

"On est sur un secteur qui double tous les trois ans", a résumé Marc Lollivier, délégué général de la Fevad, précisant que 45% des Français effectuaient désormais une partie de leurs achats sur internet.

Le chiffre d'affaires du e-commerce, qui représente aujourd'hui entre 4% et 4,5% du commerce de détail français hors alimentation et pharmacie, devrait avoisiner 31 milliards d'euros en 2010 et environ 45 milliards en 2012, estiment les analystes de la Fevad.

Les commerçants "traditionnels" ont donc été nombreux à faire leur entrée sur ce canal de distribution et, pour 2010, l'espagnol Zara (Inditex) et l'américain Toys R Us ont annoncé leur intention de s'y lancer.

"Il y en aura d'autres. Les retailers joueront un rôle très important sur internet en 2010", estime Marc Lollivier.

eBay, Price Minister et Amazon figurent aujourd'hui en tête du palmarès français des e-commerçants en nombre de visiteurs uniques.

Quelques distributeurs "classiques", comme la Fnac (groupe PPR) ou La Redoute, se sont déjà taillé une place au rang des dix premiers sites internet visités par les Français pour leurs achats en ligne.

Le groupe Casino détient quant à lui le site internet Cdiscount, septième du classement en 2009.

Marie Mawad, édité par Jean-Michel Bélot

 
<p>LE COMMERCE SUR INTERNET EN 2009</p>