L'Arcep attribuera les fréquences 3G restantes d'ici mai

vendredi 29 janvier 2010 17h43
 

par Marie Mawad et Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Les deux blocs restants de fréquences mobiles de 3e génération (3G) seront attribués au plus tard en mai, avec un prix de réserve qui pourrait avoisiner 120 millions d'euros, a indiqué le président de l'Arcep Jean-Ludovic Silicani, lors d'une interview à Reuters.

Quelques semaines après l'attribution de la quatrième licence 3G à Free Mobile pour 240 millions d'euros, le président du régulateur français des télécoms estime que la facture mobile des Français continuera de baisser, mais il ne s'attend pas à ce que le nouvel entrant casse les prix.

"Les prix baisseront, ils ont déjà commencé à baisser. Je n'ai pas de crainte que les prix soient cassés, comme certains pouvaient le craindre. Je ne crois pas que les prix seront cassés car Free n'a pas les moyens de casser les prix", a-t-il déclaré.

Interrogé sur le prix de réserve des fréquences 3G restantes, estimé par la presse à 120 millions d'euros par bloc, Jean-Ludovic Silicani a répondu qu'il devrait "vraisemblablement tourner autour de" ce niveau.

Les trois premières licences 3G sont détenues par Orange, SFR et Bouygues Telecom. La quatrième a été divisée en trois blocs dont l'un a été attribué à Iliad. Les deux autres sont accessibles à tous les opérateurs.

"On espère pouvoir rendre publiques les règles (de l'appel à candidatures) vers la mi-février. Le délai pour les réponses sera la fin mars ou la mi-avril. Les deux blocs de fréquences 5 MHz seront attribués au plus tard en mai", a-t-il précisé.

Les licences donnant accès aux bandes 800 MHz et 2,6 GHz et permettant le déploiement des réseaux mobiles de quatrième génération à très haut débit (4G) seraient quant à elles attribuées à la fin de cette année ou au début 2011.

LICENCES 4G "PAS FORCÉMENT TRÈS CHÈRES"   Suite...

 
<p>Les deux blocs restants de fr&eacute;quences mobiles de 3e g&eacute;n&eacute;ration (3G) seront attribu&eacute;s au plus tard en mai, avec un prix de r&eacute;serve qui pourrait avoisiner 120 millions d'euros, indique le pr&eacute;sident de l'Arcep Jean-Ludovic Silicani. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>