France Télécom doit s'interroger sur sa gouvernance, dit son n°2

vendredi 22 janvier 2010 17h38
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Les administrateurs de France Télécom doivent se demander si la direction et la gouvernance du groupe sont bien adaptées aux chantiers qui l'attendent en 2010, a déclaré à Reuters Stéphane Richard, le numéro deux de l'opérateur télécoms.

"Il y a eu une crise assez profonde. Il y a un certain nombre de chantiers importants qu'il faut lancer en 2010 et il faut trouver une façon de faire en sorte que la direction future de l'entreprise que j'incarne soit partie prenante dans ces choix", a-t-il dit lors d'un entretien téléphonique.

"La question que les administrateurs de France Télécom doivent se poser est le fait de savoir si sa direction et sa gouvernance sont bien adaptées aux chantiers qui attendent l'entreprise en 2010", a noté Stéphane Richard. "Moi, je ne demande rien de particulier."

Il n'a en revanche pas confirmé les informations de presse sur une dissociation des fonctions de président et de directeur général lors du conseil d'administration du 24 février. Selon Les Echos de vendredi, Stéphane Richard deviendrait directeur général et le PDG Didier Lombard serait président non exécutif.

"C'est le conseil d'administration de France Télécom qui est compétent en la matière, pas moi", a-t-il dit.

Stéphane Richard, qui doit pour l'instant succéder à Didier Lombard au printemps 2011, a ajouté que le groupe devait s'interroger sur sa politique en matière de contenus, au vu des difficultés rencontrées dans sa stratégie d'exclusivités.

"Autant il n'est pas contestable qu'un opérateur de télécoms comme nous (...) ait une activité dans les contenus, autant il y a quelques questions de fond que, me semble-t-il, on n'a pas tellement tranché aujourd'hui", a-t-il expliqué, tout en précisant ne pas avoir d'idée "préconçue" sur la question.

"Est-ce qu'il y a une vocation de France Télécom d'éditer des chaînes de télévision? Il y a une question qui est ouverte", a-t-il noté. "Est-ce que la vocation de France Télécom n'est pas de proposer les meilleurs contenus d'où qu'ils viennent pour ses offres, dans un monde où les exclusivités vont être de plus en plus difficiles à pratiquer?"   Suite...

 
<p>Les administrateurs de France T&eacute;l&eacute;com doivent se demander si sa direction et sa gouvernance sont bien adapt&eacute;es aux chantiers qui l'attendent en 2010, a d&eacute;clar&eacute; &agrave; Reuters St&eacute;phane Richard, num&eacute;ro deux de l'op&eacute;rateur t&eacute;l&eacute;coms. /Photo prise le 18 janvier 2010/REUTERS/Charles Platiau</p>