Résultats en ligne pour Sony Ericsson au 4e trimestre

vendredi 22 janvier 2010 11h26
 

STOCKHOLM (Reuters) - Sony Ericsson fait état de progrès dans le cadre de son plan de redressement mais la coentreprise de téléphonie mobile se montre aussi prudente quant aux conditions du marché cette année.

Sony Ericsson a annoncé une perte avant impôt de 190 millions d'euros. Vingt-cinq analystes interrogés par Reuters anticipaient une perte de 194 millions d'euros en moyenne. Il prévoit pour 2010 une légère croissance du marché des combinés, lequel s'est contracté de 8% environ en 2009.

"La perspective livrée par la société est qu'elle n'anticipe qu'une croissance modeste de l'ensemble du marché", dit Nicolas von Stackelberg, analyste de Sal Oppenheim. "A mon avis, c'est un peu décevant parce que d'autres prévoient une croissance nettement plus forte, comme Nokia".

D'une manière générale, les fabricants de combinés ont connu une rude année 2009, la récession ayant poussé les consommateurs à limiter les achats autres que ceux de première nécessité.

Sony Ericsson a de surcroît pâti de sa faible présence dans le segment des smartphones - le seul qui ait brillé - illustré en particulier par l'iPhone d'Apple.

C'est précisément sur ce segment que compte le nouveau président de Sony Ericsson Bert Nordberg pour relancer l'entreprise, en dehors de réductions de coûts permanentes.

"Une gamme rajeunie, combinée au programme de transformation de l'entreprise, commence à produire des incidences positives sur nos résultats financiers", dit-il dans un communiqué.

Sony Ericsson remarque ainsi que de nouveaux téléphones ont permis de porter la marge brute à 23,0%, alors que les analystes n'attendaient que 17,7%.

La coentreprise a par ailleurs enregistré des charges de restructuration de 150 millions d'euros, alors que le consensus donnait 63 millions.   Suite...

 
<p>Le XPERIA de Sony Ericsson commercialis&eacute; au Japon par NTT DoCoMo. Sony Ericsson fait &eacute;tat de progr&egrave;s dans le cadre de son plan de redressement mais la coentreprise de t&eacute;l&eacute;phonie mobile se montre aussi prudente quant aux conditions du march&eacute; cette ann&eacute;e. /Photo prise le 21 janvier 2010/REUTERS/Yuriko Nakao</p>