La Chine défend sa politique de contrôle sur internet

jeudi 14 janvier 2010 12h03
 

par Chris Buckley et Lucy Hornby

PEKIN (Reuters) - Pékin ne montre aucun signe d'infléchissement de sa politique de contrôle sur internet malgré la menace de Google de se retirer de Chine.

Le géant américain de la recherche sur internet a annoncé mardi qu'il envisageait de cesser ses activités en Chine après avoir été victime d'une cyberattaque "très sophistiquée" lancée en décembre par des pirates informatiques qui tentaient, selon Google, de s'en prendre à des militants des droits de l'homme.

Cette affaire, qui a suscité "l'inquiétude" de l'administration américaine, menace de tendre un peu plus les relations entre Pékin et Washington, déjà mises à mal par des divergences sur l'évaluation du yuan, des questions commerciales et les négociations sur le réchauffement climatique.

Dans un communiqué mis en ligne jeudi, le Bureau de l'information du Conseil d'Etat chinois met en garde contre la pornographie, les cyberattaques, les fausses informations et les rumeurs, estimant que le gouvernement et les médias en ligne possèdent une responsabilité dans la formation de l'opinion publique.

Le communiqué ajoute que la Chine a, elle-même, été victime de cyberattaques et que le gouvernement de Pékin est fermement opposé à la cyberdélinquance.

"Notre pays est à un stade crucial de réforme et de développement et c'est une période de conflits sociaux sensibles", a dit Wang Chen, ministre du Bureau de l'information. "Diriger l'opinion sur internet de façon appropriée est une mesure essentielle pour protéger la sécurité de l'information sur internet."

Cette déclaration est la première réaction des autorités chinoises à la menace de Google de se retirer d'un pays qui compte 360 millions d'internautes, soit la plus importante communauté mondiale.

LE GOUVERNEMENT AMÉRICAIN "INQUIET"   Suite...

 
<p>Dans un caf&eacute; internet &agrave; Shanghai. P&eacute;kin ne montre aucun signe d'infl&eacute;chissement de sa politique de contr&ocirc;le sur internet malgr&eacute; la menace de Google de se retirer de Chine. /Photo prise le 13 janvier 2010/REUTERS/Nir Elias</p>