Après le "No Berlusconi Day", un "No Sarkozy Day" ?

mardi 5 janvier 2010 18h45
 

PARIS (Reuters) - Suivant l'exemple du "No Berlusconi Day" en Italie, un groupe de blogueurs appelle à un "No Sarkozy Day" partout en France le 27 mars, une semaine après le second tour des élections régionales.

Les organisateurs, qui revendiquent 354.000 membres dans leur groupe Facebook (www.no-sarkozy-day.fr), affirment que leur mobilisation "n'est rattachée à aucun parti, à aucun syndicat, à aucune association."

"Nous voulons simplement la démission de Nicolas Sarkozy", écrivent-ils, estimant que le chef de l'Etat a "failli dans son devoir de garant des idéaux" du pays.

Selon eux, les libertés les plus élémentaires "sont bafouées chaque jour un peu plus" en France et le principe d'égalité est "systématiquement remis en cause."

"Le buzz grandit et les gens ont besoin d'un espoir, d'une perspective qui peut cristalliser le mécontentement populaire", explique l'un des organisateurs, Benjamin Ball, à Reuters.

Selon lui, le déclic est venu après "le formidable exemple" du "No Berlusconi Day" du 6 décembre dernier, qui a donné lieu à une manifestation massive à Rome.

Dès le lendemain, un groupe qui existait déjà sous l'intitulé "un million de personnes pour agir contre Sarkozy" s'est rebaptisé "No Sarkozy Day" et a commencé à organiser le projet.

La mobilisation est censée se tenir partout en France à partir de 14 heures devant les préfectures et les sous-préfectures, à Paris place de la Bastille, et dans le monde entier devant les ambassades de France.

DÉBAT   Suite...

 
<p>Suivant l'exemple du "No Berlusconi Day" en Italie, un groupe de blogueurs appelle &agrave; un "No Sarkozy Day" partout en France le 27 mars, une semaine apr&egrave;s le second tour des &eacute;lections r&eacute;gionales. Les organisateurs revendiquent 354.000 membres dans leur groupe Facebook (http://www.no-sarkozy-day.fr). /Photo prise le 14 d&eacute;cembre 2009/REUTERS/Philippe Wojazer</p>