Les entreprises françaises cibles de vidéos satiriques en ligne

mardi 5 janvier 2010 17h46
 

par Lionel Laurent

PARIS (Reuters) - L'essor des sites de partage de vidéos comme YouTube ou Dailymotion relève du casse-tête pour les grandes entreprises françaises, qui doivent désormais défendre leur image contre une vague de vidéos satiriques sur internet.

Souvent imprévisibles, ces vidéos humoristiques, dont l'objectif peut relever du coup publicitaire ou du simple amusement, s'avèrent difficiles à maîtriser et peuvent avoir un impact important sur l'image d'un groupe.

"On a de plus en plus de mal à faire la différence entre une vraie pub ou une fausse pub", explique Emmanuel Vivier, directeur général de l'agence marketing Vanksen.

"Les marques étaient dans l'économie d'un message, d'une diffusion unique. Désormais les gens répondent aux messages des marques, ils les remixent, les redistribuent...ce qui en affecte la réputation", ajoute-t-il.

Carrefour, le numéro un européen de la grande distribution, en a récemment fait les frais. Le groupe a dû nier officiellement toute responsabilité concernant un spot publicitaire détourné qui sous-entendait que sa gamme d'aliments "discount" contenait des restes humains.

Cette vidéo, d'abord apparue en décembre dernier sur le site YouTube, filiale du moteur de recherche Google, montrait une jeune fille angélique grignotant à contre-coeur les os de sa grand-mère, sous les encouragements de ses parents.

"Ça nous a préoccupé parce que ça ne donnait pas une très bonne image de l'enseigne", a indiqué une porte-parole du groupe Carrefour.

France Télécom, le premier opérateur télécoms français, a également été la cible de nombreuses parodies vidéo après la vague de suicides d'employés qui a secoué l'entreprise l'été dernier.   Suite...