O2 reconnaît que l'iPhone a parfois saturé son réseau à Londres

mardi 29 décembre 2009 13h14
 

LONDRES (Reuters) - L'usage intensif de l'iPhone d'Apple, gourmand en bande passante, a par moments saturé le réseau londonien de l'opérateur mobile O2 ces derniers mois mais l'augmentation des capacités a permis de résoudre le problème, déclare O2.

La filiale mobile britannique de l'espagnol Telefonica, a expliqué que certains clients avaient occasionnellement subi, dans la capitale britannique, des problèmes de saturation du réseau les empêchant de passer et de recevoir des appels, ou de charger et de transmettre des données, et ce en raison de l'usage croissant des "smartphones" tels que l'iPhone.

O2, dont l'exclusivité de distribution de l'iPhone au Royaume-Uni a expiré en novembre, a vu son trafic de données multiplié par 18 depuis le début de cette année, a précisé un porte-parole.

La société a investi 30 millions de livres sterling (33,3 millions d'euros) dans son réseau londonien pour répondre à la demande, a-t-il précisé.

L'opérateur est loin d'être le seul à voir son réseau mis à l'épreuve par les utilisateurs d'iPhone, dont les nouvelles habitudes, comme le téléchargement d'applications, la navigation sur internet ou la messagerie électronique, sont très gourmands en capacités.

Aux Etats-Unis, AT&T a suspendu temporairement la vente de l'iPhone sur site internet aux résidents new-yorkais pendant le week-end, alimentant les spéculations sur de possibles problèmes de saturation de son propre réseau.

O2 a assuré n'avoir rencontré aucune difficulté pendant la période de Noël.

Orange, la filiale mobile de France Télécom, commercialise le combiné d'Apple au Royaume-Uni depuis novembre et le distributeur Tesco a lancé sa propre offre au début de ce mois. Vodafone doit faire de même le 14 janvier.

Paul Sandle, version française Marc Angrand

 
<p>L'usage intensif de l'iPhone d'Apple, gourmand en bande passante, a par moments satur&eacute; le r&eacute;seau londonien de l'op&eacute;rateur mobile O2 ces derniers mois mais l'augmentation des capacit&eacute;s a permis de r&eacute;soudre le probl&egrave;me, d&eacute;clare O2. /Photo prise le 19 juin 2009/REUTERS/Lucas Jackson</p>