11 décembre 2009 / 14:08 / dans 8 ans

Amazon France exclut de faire des acquisitions

par Marie Mawad et Lionel Laurent

PARIS (Reuters) - La filiale française du site de vente en ligne Amazon n‘envisage pas de croissance par acquisition et exclut de se diversifier vers un modèle de vente physique, a déclaré son directeur général Xavier Garambois dans un entretien à Reuters.

Prié de dire s‘il envisageait de réaliser des opérations de croissance externe en France, Xavier Garambois a déclaré: “Non”, avant d‘ajouter qu‘il n‘avait “pas de projet particulier”.

Le directeur général n‘a pas souhaité faire de commentaire sur les spéculations concernant un éventuel intérêt pour la Fnac, que PPR envisagerait de mettre en vente, ou sur le site vente-privée.com.

“Le modèle de l‘e-commerce nous semble être tout à fait pertinent et on ne voit pas la nécessité d‘aller construire des boutiques en dur”, a-t-il expliqué en réponse à une question sur la mise en place d‘un schéma de distribution “physique”.

Interrogé sur d‘autres types de e-commerce, comme la vente privée sur internet, il a répondu : “au lieu d‘avoir des discounts qui peuvent être importants mais sur une durée très limitée, on préfère avoir l‘offre la plus large possible, à des prix bas tout le temps”.

NOUVEAUX RAYONS

Le directeur général a affirmé qu‘Amazon France tablait essentiellement sur l‘extension de son offre de produits vers des catégories déjà offertes par Amazon.com.

Le site français, dont l‘offre comprend notamment des livres, de la musique, des jouets et des appareils électroniques a lancé récemment un rayon de chaussures et accessoires, ainsi que de maquillage.

“C‘est le fait d‘avoir une offre immense qui marche”, a affirmé Xavier Garambois.

“L‘extension de la gamme de l‘offre est notre priorité. La question n‘est pas de savoir si un jour on sera à parité (avec Amazon.com), mais quand”, a-t-il expliqué.

Au sein du groupe Amazon, qui a enregistré en 2008 un chiffre d‘affaires d‘environ 19 milliards de dollars (environ 13 milliards d‘euros), la filiale française représenterait quelque 174 millions d‘euros, selon les estimations d‘Isabel Cavill, analyste chez Planet Retail.

Edité par Matthieu Protard

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below