Le cyberespionnage chinois contre les Etats-Unis en plein essor

vendredi 20 novembre 2009 08h31
 

WASHINGTON (Reuters) - Il semble que l'Etat chinois s'attaque de plus en plus aux ordinateurs du gouvernement et de l'industrie de l'armement des Etats-Unis afin de recueillir des données utiles à sa propre armée, a affirmé jeudi une commission consultative du Congrès américain.

"De nombreux éléments concluent à une implication de l'Etat chinois dans de telles activités", estime la commission d'étude économique et militaire sur les rapports américano-chinois, dans son rapport 2009 devant le Congrès.

Cette commission, qui compte 12 membres issus aussi bien du Parti démocrate que du Parti républicain, a été mise sur pied en 2000 pour analyser les répercussions du développement du commerce avec la Chine.

La Chine, lit-on dans ce rapport de 367 pages, est le pays qui mène les activités d'espionnage les plus intenses contre les Etats-Unis. Elles portent surtout sur l'obtention de données et de savoir-faire permettant de moderniser l'armée et de développer l'économie de la Chine, ajoutent les auteurs du rapport.

Le nombre de cyber-attaques contre les Etats-Unis a augmenté en 2008 et progresse fortement cette année aussi, indique le rapport, en ajoutant qu'"Une bonne partie de cette activité semble émaner de la Chine".

Selon la commission, l'Etat chinois a placé une bonne partie de son potentiel informatique entre les mains de son armée. "Les efforts d'exploitation informatique de la Chine en temps de paix sont concentrés en premier lieu sur la collecte de renseignements sur des objectifs américains et sur les organisations de dissidents chinois à l'étranger", lit-on.

Le rapport cite les conclusions de la société Northrop Grumman, l'un des principaux fabricants d'armements travaillant pour le compte du Pentagone, qui impliquent l'Etat chinois dans de vastes activités d'espionnage informatique visant les Etats-Unis. Une étude de Northrop Grumman a été effectuée pour la commission et rendue publique en octobre.

Jim Wolf, version française Eric Faye