18 novembre 2009 / 19:15 / il y a 8 ans

Bull négocie le rachat d'Amesys pour 105 millions d'euros

par Cyril Altmeyer et Dominique Vidalon

PARIS (Reuters) - Bull est entré en négociations exclusives en vue du rachat d‘Amesys, spécialiste non coté de la détection et du traitement des signaux, pour 105 millions d‘euros en numéraire et en actions, a déclaré mercredi à Reuters Didier Lamouche, P-DG du groupe.

Crescendo Industries, holding propriétaire d‘Amesys, deviendra le premier actionnaire de Bull avec environ 20% du capital, devant France Télécom, dont la participation sera diluée à 8% contre 10% actuellement et NEC, qui restera aux environs de 2%, a précisé Didier Lamouche.

“Ce n‘est pas seulement un achat, c‘est une association par acquisition”, a-t-il expliqué lors d‘un entretien téléphonique exclusif accordé à Reuters.

“L‘objectif est de créer un leader européen des solutions de traitement informatique à grande échelle pour les systèmes critiques et de haute sécurité”, a-t-il ajouté, citant notamment les systèmes de facturations des communications pour les opérateurs téléphoniques ou de contrôle des centrales nucléaires.

L‘acquisition sera payée pour 33 millions d‘euros en numéraire et via l’émission de 24 millions d‘actions Bull à trois euros l‘unité.

L‘action a clôturé quasiment stable à 3,00 euros mercredi.

Didier Lamouche a précisé que ce mode de paiement mixte permettait de préserver les ressources de Bull en période de crise et de saisir d’éventuelles opportunités à l‘avenir, tout en associant des investisseurs privés et des entrepreneurs à la croissance du nouvel ensemble.

L‘opération, qui devrait être relutive dès 2010 pour Bull en termes de résultat opérationnel (Ebit) et de résultat net, sera soumise aux votes des actionnaires au cours de la deuxième quinzaine de janvier.

DOUBLER LE C.A. EN 5 ANS

Présent principalement dans le domaine de la défense, Amesys, qui emploie 850 personnes, est spécialisé dans l‘analyse de signaux téléphoniques et informatiques et la détection de signaux internet et de signaux radar.

Bull, qui a évolué ces dernières années vers les supercalculateurs, est un expert dans le traitement l‘analyse et l‘exploitation des données informatiques, plus en aval de la chaîne.

“L‘idée de relier les deux ensembles et de créer un leader des solutions de traitement informatiques de bout en bout, de la capture jusqu‘au traitement et l‘analyse”, a expliqué Didier Lamouche.

Amesys, qui réalise environ les deux tiers de ses ventes en France, sera intégré dans une nouvelle division de Bull, baptisée “Systèmes critiques et sécuritaires” et dirigée par Philippe Vannier, l‘actuel patron de la société.

Le chiffre d‘affaires d‘Amesys est estimé en 2009 à près de 100 millions d‘euros, avec une croissance moyenne de 25% sur la période 2004-2008, pour une marge opérationnelle proche de 10%.

Bull compte doubler en cinq ans le chiffre d‘affaires l‘activité.

“Le fait d‘avoir à disposition des offres d‘Amesys va nous amener par exemple des opportunités au niveau des ventes de systèmes de simulation numérique ou de stockage ou d‘intégration de systèmes”, a expliqué Didier Lamouche.

Didier Lamouche a également confirmé que l‘activité de Bull restait “tendue” au quatrième trimestre, avec toutefois un niveau de commandes “très solide” après un trou d‘air au troisième trimestre.

Il a réaffirmé viser un Ebit supérieur à 25 millions d‘euros en 2009 pour Bull.

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below