18 novembre 2009 / 12:35 / il y a 8 ans

Valtech dit avoir déjà des pistes pour contrer Siegco

par Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - Valtech a d'ores et déjà des pistes pour échapper à l'offre hostile de Siegco, une holding composée d'investisseurs belges et argentins, déclare à Reuters Lars Bladt, le P-DG de la société de services et d'ingénierie informatiques (SSII).

"Il y a plusieurs pistes intéressantes mais un processus comme celui-là ne se termine pas en une semaine", a indiqué Lars Bladt, qui a dit être en contact avec des entreprises et des intermédiaires susceptibles de l'aider à contrer Siegco.

A 0,40 euro par action, l'offre valorise Valtech à un peu plus de 35 millions d'euros et constitue une prime d'environ 14% par rapport aux 35 centimes atteints le 22 octobre, la veille du dépôt de l'offre.

L'action s'échange cependant mercredi autour de 0,44 euro, signe que certains investisseurs font le pari que Siegco pourrait relever son offre ou qu'un chevalier blanc pourrait faire changer le cours de la bataille.

"J'y vois un signal clair du marché", a commenté le P-DG, qui a engagé la banque d'affaires Rothschild pour déjouer les plans de Siegco.

Selon Lars Bladt, les actionnaires ont tout intérêt à se donner du temps et à ne pas apporter leurs titres à l'offre trop vite. "Pourquoi ne pas attendre les derniers jours de l'offre et voir si d'autres options se font jour d'ici là?", a-t-il dit.

L'offre d'achat de Siegco s'est officiellement ouverte mercredi, soit près d'une semaine plus tôt que ce qu'avait prévu Siegco. Cette avance constitue un avantage tactique pour la holding car Valtech ne dispose que de 20 jours ouvrables pour lancer une éventuelle contre-attaque.

Cette perspective ne semble guère inquiéter le dirigeant, qui estime que "les délais de l'offre laissent tout à fait le temps de trouver une solution alternative éventuelle".

PORTE OUVERTE

Siegco a prévenu que les principaux membres de la direction de Valtech ne seraient pas maintenus en cas de succès de son offre. Mais cette clause n'empêchera pas le P-DG d'ouvrir la porte à une reprise des négociations entre les deux parties pour trouver un accord à l'amiable.

"Je suis ouvert au dialogue avec n'importe quelle partie qui valorise la valeur intrinsèque de Valtech dans le meilleur intérêt de ses employés, de l'entreprise et de ses actionnaires", a déclaré Lars Bladt.

"Nous n'avons fermé aucune porte sur aucune partie, et ils (Siegco) sont bienvenus s'ils veulent revenir négocier."

La principale pomme de discorde reste néanmoins le prix qui, au goût de Valtech, ne reflète pas suffisamment la valeur du groupe.

Le conseil d'administration doit d'ailleurs rendre public le 23 novembre un avis motivé sur la valorisation de l'offre.

Un premier élément avancé par Valtech est la vente d'une participation minoritaire qui devrait gonfler la trésorerie du groupe.

"Le processus de vente d'un actif financier est bien engagé et en cas de vente nous recevrons entre 2,5 et 3 millions d'euros en cash d'ici la fin de l'année", a expliqué le P-DG, en valorisant cette recette à 3 centimes par action. "Evidemment je prends cela en compte dans mes multiples."

L'offre de Siegco a la singularité de n'être soumise à aucun seuil d'acceptation des actionnaires, ce qui veut dire que la holding pourrait se contenter d'une majorité relative au sein de l'actionnariat de Valtech.

Les dirigeants de Siegco ont d'ailleurs acheté des titres directement sur le marché et sont devenus, avec plus de 5% du capital, les premiers actionnaires du groupe, devant la direction qui en possède presque 4,5%.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below