COR - Restrictions du Brésil à l'offre de Telefonica sur GVT

vendredi 13 novembre 2009 11h48
 

Correction: au dernier paragraphe, bien lire 19 novembre au lieu de 29 novembre

BRASILIA (Reuters) - L'autorité brésilienne des télécoms Anatel a estimé jeudi que l'opérateur brésilien GVT pouvait être racheté par l'espagnol Telefonica ou par le français Vivendi.

Mais, a ajouté l'autorité de régulation, si c'est Telefonica qui l'emporte, son offre ne pourra être menée à bien que sous certaines conditions restrictives destinées à assurer la concurrence.

Aucune restriction n'est mise à une éventuelle offre de Vivendi, mais le français n'a pas confirmé son offre de trois milliards de dollars faite en septembre.

Si Telefonica l'emporte, son offre ne pourra être déclarée acceptable que si elle offre la garantie que GVT restera autonome d'un point de vue financier, commercial et opérationnel, a déclaré le président d'Anatel Ronaldo Sardenberg, lors d'une conférence de presse à Brasilia.

La marque GVT devra être maintenue pendant au moins cinq ans, a-t-il ajouté.

L'offre non sollicitée de Telefonica, qui a été améliorée pour dissuader d'autres offres éventuelles, valorise GVT à 3,9 milliards de dollars.

GVT dispose d'un réseau télécoms de plus de 15.000 kilomètres.

Telefonica propose de racheter au moins 51% de GVT. Les dirigeants de Telefonica ont dit le 9 octobre qu'ils espéraient obtenir le feu vert d'Anatel avant le lancement de leur offre, prévu pour le 19 novembre.

Fernando Exman et Guillermo Parra-Bernal, version française Danielle Rouquié