Bouygues Telecom gagne 172.000 clients mobiles au 3e trimestre

jeudi 12 novembre 2009 20h26
 

PARIS (Reuters) - Bouygues fait état d'un chiffre d'affaires trimestriel légèrement supérieur aux attentes pour sa division télécoms, mais la croissance des ventes ralentit au troisième trimestre par rapport aux six premiers mois de l'année.

A l'occasion de la publication de son chiffre d'affaires du troisième trimestre, le groupe a annoncé une progression de 3% de ses ventes dans les télécoms, à 1,335 milliard d'euros, alors que la croissance atteignait 6% au premier semestre 2009 (2,625 milliards d'euros).

Le consensus de la rédaction de Reuters, compilé à partir des estimations de huit analystes, tablait sur des ventes trimestrielles de 1.325 millions d'euros pour cette division.

"Les performances commerciales sont excellentes sur les activités mobile et fixe", commente le groupe dans un communiqué.

Le pôle télécoms est traditionnellement le principal contributeur au résultat opérationnel du groupe, même s'il ne représente qu'un peu plus de 15% des ventes.

Dans le mobile, le groupe a recruté 172.000 clients supplémentaires au troisième trimestre, représentant une part de 35% de la croissance du marché, nette de résiliations.

L'activité fixe a quant à elle démarré fin mai dernier, à l'occasion du lancement d'une offre "quadruple play" - téléphone fixe, internet, télévision et mobile - baptisée Ideo.

"Le démarrage réussi dans le fixe se confirme avec 103.000 souscriptions nettes" au troisième trimestre, déduction faite de résiliations, précise Bouygues.

IMPACT "PONCTUEL" D'IDEO   Suite...

 
<p>Bouygues fait &eacute;tat d'un chiffre d'affaires trimestriel l&eacute;g&egrave;rement sup&eacute;rieur aux attentes pour sa division t&eacute;l&eacute;coms, mais la croissance des ventes ralentit au troisi&egrave;me trimestre par rapport aux six premiers mois de l'ann&eacute;e. Dans le mobile, le groupe a recrut&eacute; 172.000 clients suppl&eacute;mentaires au troisi&egrave;me trimestre, repr&eacute;sentant une part de 35% de la croissance du march&eacute;, nette de r&eacute;siliations. /Photo d'archives/REUTERS</p>