Telefonica ne surprend pas

jeudi 12 novembre 2009 12h14
 

par Elisabeth O'Leary

MADRID (Reuters) - Le dynamisme des marchés émergents d'Amérique latine et la réduction des coûts ont permis à Telefonica de publier un bénéfice net sur neuf mois stable et d'afficher une détérioration ralentie de ses activités espagnoles, pénalisées par la récession.

Sur le marché espagnol, qui représente un tiers du chiffre d'affaires total du groupe, les revenus tirés des activités de téléphonie mobile ont diminué de 8% sur le seul troisième trimestre, une baisse ralentie d'un point par rapport au trimestre précédent.

Les filiales latino-américaines affichent quant à elles des résultats nettement meilleurs que les européennes, ce qui a permis de compenser en partie l'impact de la crise, même si les effets de change ont réduit leur contribution aux comptes établis en euros.

Le bénéfice net de Telefonica, numéro un européen des télécoms, a progressé de 0,3% à 5,61 milliards d'euros sur les neuf premiers mois de l'année alors que les dix analystes interrogés par Reuters tablaient sur 5,65 milliards.

Son chiffre d'affaires a en revanche reculé de 3,3% à 41,72 milliards, alors que le consensus le donnait à 41,93 milliards.

L'Amérique latine est la seule division du groupe à afficher une croissance de ses revenus, de 1,9% précisément, sur la période janvier-septembre.

Plusieurs analystes ont voulu retenir les commentaires de Telefonica sur la légère amélioration de sa situation au troisième trimestre en Espagne, un marché frappé par l'envolée du chômage à près de 20%, embellie que le groupe explique principalement par ses mesures d'économie.

"L'Espagne montre une forte hausse de l'activité commerciale (...) avec une amélioration importante dans tous les services ainsi qu'un léger ralentissement du taux de baisse du chiffre d'affaires", a expliqué le groupe.   Suite...

 
<p>Cesar Alierta, pr&eacute;sident de Telefonica. L'op&eacute;rateur t&eacute;l&eacute;coms espagnol publie un b&eacute;n&eacute;fice net sur neuf mois stable gr&acirc;ce &agrave; la solidit&eacute; de ses performances en Am&eacute;rique latine et &agrave; des r&eacute;ductions de co&ucirc;ts qui ont permis de compenser un march&eacute; europ&eacute;en toujours morose. /Photo d'archives/REUTERS/Sergio Perez</p>