Vodafone double son objectif d'économies à 2 milliards de livres

mardi 10 novembre 2009 11h57
 

par Kate Holton

LONDRES (Reuters) - Vodafone, premier opérateur mobile mondial, a doublé mardi son objectif de réduction des coûts pour le porter à deux milliards de livres (3,33 milliards d'euros) d'ici 2012, après un premier semestre marqué par l'augmentation de ses flux de trésorerie.

La décision du groupe britannique d'intensifier ses efforts d'économies a surpris les analystes. Mais ceux-ci se disent surtout préoccupés par la dégradation de la marge, qu'ils expliquent par l'intensification de la concurrence dans les pays émergents, comme l'Inde, et par la restructuration des activités turques.

L'action Vodafone perdait 3,33% à 133,235 pence à 10h39 GMT, l'une des plus fortes baisses de l'indice FTSE 100, qui progressait alors de 0,25%, et la plus forte du DJ Stoxx européen des télécommunications, en recul de 1%.

Le premier semestre de l'exercice fiscal de Vodafone se solde par un chiffre d'affaires, des bénéfices et un résultat d'exploitation ajusté conformes aux attentes du marché. Le groupe a réaffirmé ses prévisions pour l'ensemble de l'année.

Mais la marge de rentabilité a diminué de 2,1 points de pourcentage et, en données organiques, le chiffre d'affaires a reculé de 3%.

"Vodafone, poids lourd du mobile, a sorti des résultats semestriels conforme aux attentes, à la fois pour le chiffre d'affaires et l'Ebitda, mais qui montrent d'importantes faiblesses de fond", a commenté Michael Kovacocy, analyste chez Daiwa.

"Il est clair que, pour l'instant, Vodafone réduit la voilure et ferme les écoutilles pour se préparer à une période de perspectives de croissance difficile qui l'oblige à l'austérité."

INCERTITUDES   Suite...

 
<p>Vodafone, premier op&eacute;rateur mobile mondial, a doubl&eacute; son objectif de r&eacute;duction des co&ucirc;ts pour le porter &agrave; deux milliards de livres (3,33 milliards d'euros) d'ici 2012, apr&egrave;s un premier semestre marqu&eacute; par l'augmentation de ses flux de tr&eacute;sorerie. /Photo d'archives/REUTERS</p>