Les opérateurs télécoms forcés de s'allier pour suivre le rythme

samedi 7 novembre 2009 11h59
 

par Harro ten Wolde, avec Nicola Leske à Francfort

AMSTERDAM (Reuters) - Après s'être livrés à une compétition acharnée pour séduire les clients, les opérateurs télécoms se rendent compte qu'ils vont devoir collaborer pour offrir à leurs abonnés des conditions d'utilisation à la hauteur des nouveaux usages du téléphone mobile.

Les utilisateurs de portables veulent désormais accéder depuis leur combiné aux réseaux sociaux, à leurs courriers électroniques ainsi qu'à d'autres applications générant d'importants échanges de données.

Confrontés à cette explosion de la demande pour l'internet mobile, soutenue par la multiplication des smartphones et des cartes 3G, les opérateurs vont donc devoir déployer des réseaux capables de transférer des données à grande vitesse et de faire face au nombre croissant d'utilisateurs de combinés multimédias.

Alors qu'ils ont déjà consacré des milliards d'euros à l'acquisition de licences 3G, seules de telles alliances leur permettront de faire face au coût élevé de ce type d'opérations.

"Nous allons voir plus de consolidation, nous allons assister à plus de fusions et acquisitions et nous allons observer une diminution du nombre d'opérateurs dans les trois ans à venir", estime Margaret Rice-Jones, directrice générale d'Aircom, fournisseur indépendant d'outils et de services de gestion des réseaux.

Arndt Rautenberg et Ewan Parry, du cabinet de consultant OC&C, estiment que les principaux acteurs du marché, comme Vodafone, T-Mobile, France Télécom et Telefonica sont avantagés dans la perspective des consolidations à venir, dans la mesure où ils peuvent profiter d'importantes synergies internationales.

Des analystes de Goldman Sachs signalent pour leur part que KPN et TeliaSonera sont les cibles les plus probables d'un éventuel mouvement de concentration en Europe.

L'UNION FAIT LA FORCE   Suite...

 
<p>Confront&eacute;s &agrave; une explosion de la demande pour l'internet mobile, soutenue par la multiplication des smartphones et des cartes 3G, les op&eacute;rateurs vont donc devoir collaborer pour offrir &agrave; leurs abonn&eacute;s des conditions d'utilisation &agrave; la hauteur des nouveaux usages du t&eacute;l&eacute;phone mobile, en d&eacute;ployant notamment des r&eacute;seaux capables de transf&eacute;rer des donn&eacute;es &agrave; grande vitesse. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>