Le CA d'Altran en baisse et sous le consensus au 3e trimestre

lundi 2 novembre 2009 10h44
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Altran annonce une chute plus forte que prévu de 16,1% de son chiffre d'affaires au troisième trimestre et confirme son objectif d'amélioration de sa marge au second semestre.

Le spécialiste du conseil en hautes technologies, qui ne fournit aucun objectif chiffré pour 2009, confirme son objectif de hausse séquentielle de la marge d'exploitation du second semestre.

Après avoir ouvert en baisse, l'action prend 2,43% à 3,37 euros vers 10h25, un rebond qui étonne les analystes tant les chiffres du troisième trimestre ont déçu.

Plusieurs d'entre eux ont avancé comme explication l'accord conclu par Altran avec ses banques sur la renégociation des covenants du crédit moyen terme en cours, même s'il n'y avait pas d'inquiétude majeure à ce sujet.

"Les volumes d'affaires au troisième trimestre sont largement inférieurs à ce qu'on attendait et il n'y a aucune visibilité", a dit l'un d'entre eux. "On peut toujours rêver à une amélioration en 2010".

Altran a réalisé au troisième trimestre un chiffre d'affaires de 327 millions d'euros, inférieur au consensus de 345 millions cité par les analystes, en baisse de 14,5% en données organiques excluant l'incidence de l'activité d'Arthur D.Little.

"La remontée du taux de facturation au cours du troisième trimestre 2009 comme la diminution du taux d'intercontrats sont des éléments positifs. Il semble que la situation générale ne se dégrade plus", explique le groupe.

"Cependant l'environnement industriel et économique reste caractérisé par une visibilité faible à court terme", ajoute Altran, disant poursuivre la réduction de ses coûts.   Suite...

 
<p>Yves de Chaisemartin, P-DG d'Altran. Le sp&eacute;cialiste du conseil en hautes technologies a enregistr&eacute; un chiffre d'affaires en baisse de 16,1% au troisi&egrave;me trimestre, &agrave; 327 millions d'euros, inf&eacute;rieur au consensus de 345 millions cit&eacute; par les analystes. /Photo prise le 14 septembre 2009/REUTERS/John Schults</p>