Les géants asiatiques de l'électronique remontent la pente

vendredi 30 octobre 2009 14h17
 

par Kiyoshi Takenaka et Marie-France Han

TOKYO/SEOUL (Reuters) - Ravivant les espoirs d'une reprise mondiale du secteur des hautes technologies durant la saison des achats de fin d'année, Samsung Electronics et Panasonic ont présenté des prévisions solides intégrant une amélioration de la demande.

L'optimisme a également été nourri par les résultats solides des autres groupes asiatiques, comme Sharp et le constructeur informatique taïwanais Acer, ainsi que par la réduction de la prévision de perte annuelle de Sony.

"Dans le secteur mondial des technologies de l'information et de la communication (IT), la reprise de l'an prochain sera emmenée par les segments qui ont le plus souffert cette année, comme celui des PC. Le rebond le plus fort aura lieu dans les mémoires," prédit Lee Hak-Moo, analyste chez Mirae Asset Securities.

"Les téléviseurs LCD se sont bien tenus cette année et leur performance en 2010 ne sera pas aussi marquante", ajoute-t-il.

Pour le directeur général d'Acer, Gianfranco Lanci, "il est clair que la demande est de retour".

"Nous commençons à observer une hausse de l'activité de remplacement, même de la part des entreprises", a-t-il précisé.

Samsung, premier fabricant mondial de mémoires et d'écrans LCD, a publié vendredi le bénéfice net trimestriel le plus élevé de son histoire et anticipe une solide année 2010. (Pour plus de détails ).

"Je ne vois aucun risque pour la compétitivité de Samsung et il n'y a aucun risque que les stocks augmentent significativement", estime Song Myung-sup, analyste chez HI Investment & Securities. "Mais la conjoncture macroéconomique reste un facteur important: la demande pourrait faiblir avec le retrait des plans de relance."   Suite...

 
<p>Les g&eacute;ants japonais de l'&eacute;lectronique grand public Sony et Panasonic ont relev&eacute; leurs pr&eacute;visions de r&eacute;sultats annuels, sugg&eacute;rant que le pire &eacute;tait peut-&ecirc;tre termin&eacute;. /Photos d'archives/REUTERS</p>