La pratique sanctionnée par Hadopi tombe en désuétude

jeudi 22 octobre 2009 18h57
 

par Clément Guillou

PARIS (Reuters) - Le téléchargement illégal visé par les lois dites Hadopi est en forte baisse dans les pratiques de piratage, progressivement remplacé par de nouvelles technologies plus difficiles à contrôler, disent des experts.

Selon une étude menée par la société Arbor Networks à partir des données de 110 fournisseurs d'accès à internet, le peer-to-peer, partage de fichiers entre utilisateurs via des plates-formes de téléchargement, ne représente plus que 18% du trafic mondial en 2009 contre 40% deux ans plus tôt.

Le "streaming" et le téléchargement direct (direct download) éclipse le peer-to-peer, selon Arbor Networks.

Ces pratiques se répandent notamment grâce à l'expansion de l'internet illimité à haut débit, qui concerne près de 19 millions de foyers français.

Le téléchargement direct permet de se procurer toutes sortes de fichiers hébergés sur des serveurs à l'étranger. Le plus populaire d'entre eux, Rapidshare, est le 17e site le plus visité au monde selon le site de statistiques Alexa.com.

Les liens de téléchargement de films sont facilement trouvables grâce aux moteurs de recherche.

Le streaming, qui consiste à écouter de la musique ou regarder des vidéos pendant la connexion, est jugé plus simple et moins risqué que le peer-to-peer, pour l'ordinateur comme pour le contrevenant.

Les plates-formes de téléchargement illégal réservent de mauvaises surprises aux pirates: les fichiers peuvent être des virus, les longs métrages des films pornographiques, les chansons sont parfois brouillées.   Suite...

 
<p>Le t&eacute;l&eacute;chargement ill&eacute;gal vis&eacute; par les lois dites Hadopi est en forte baisse dans les pratiques de piratage, progressivement remplac&eacute; par de nouvelles technologies plus difficiles &agrave; contr&ocirc;ler, disent des experts. /Photo d'archives/REUTERS/</p>