Les résultats d'Ericsson inférieurs aux attentes au 3e trimestre

jeudi 22 octobre 2009 09h13
 

STOCKHOLM (Reuters) - Ericsson fait état d'un bénéfice trimestriel inférieur aux attentes de juin à septembre et indique que les ventes dans son secteur clé, celui des réseaux de téléphonie mobile, ont été affectées par le climat économique.

Le premier équipementier mondial de réseaux mobiles a publié un bénéfice d'exploitation, hors charges de restructuration et celles liées à une coentreprise déficitaire, de 5,5 milliards de couronnes suédoises (534 millions d'euros).

Le consensus Reuters donnait 5,8 milliards de couronnes. Un an auparavant, le groupe suédois avait dégagé un bénéfice de 5,6 milliards de couronnes.

Ericsson a plutôt bien résisté à la crise, parvenant à rester rentable dans un environnement hostile, sans pour autant se préserver totalement des obstacles posés par elle.

Ce climat difficile a contraint son concurrent finlandais Nokia à annoncer la dépréciation de 908 millions d'actifs dans sa filiale Nokia Siemens Networks .

Ericsson n'a pas livré de prévision pour la suite.

Au troisième trimestre, ses ventes sont ressorties à 46,4 milliards de couronnes, alors que les marchés attendaient 51,1 milliards.

Les ventes de sa division de réseaux se sont inscrites en baisse de 8% sur une base annuelle.

"Même s'il est difficile de comparer (ces chiffres) avec ceux de l'année dernière, le marché a été difficile", admet Ericsson dans un communiqué.

"La tendance est bonne dans les principales économies mondiales, mais la demande est faible dans les économies émergentes où elle est affectée par le climat économique actuel."

Rédaction de Stockholm, version française Nicolas Delame

 
<p>Ericsson fait &eacute;tat d'un b&eacute;n&eacute;fice trimestriel inf&eacute;rieur aux attentes de juin &agrave; septembre. Le premier &eacute;quipementier mondial de r&eacute;seaux mobiles a publi&eacute; un b&eacute;n&eacute;fice d'exploitation, hors charges de restructuration et celles li&eacute;es &agrave; une coentreprise d&eacute;ficitaire, de 5,5 milliards de couronnes su&eacute;doises (534 millions d'euros). /Photo prise le 30 avril 2009/REUTERS/Bob Strong</p>