Technologies vertes et économies font bon ménage en entreprise

mercredi 21 octobre 2009 13h43
 

par Claude Chendjou

RUEIL-MALMAISON, Hauts-de-Seine (Reuters) - La température dans la pièce est tombée à 17 degrés Celsius. Les lumières "intelligentes" et les poutres froides accrochées au plafond sont à l'arrêt depuis vingt minutes. Sur la table, ordinateurs, imprimantes et autres appareils restés allumés sont passés automatiquement en mode extinction.

"La pièce est gelée, car le système a détecté qu'il n'y a plus personne", explique Thierry Djahel, directeur Business Développement Efficacité Energétique chez Schneider Electric.

Alors que le débat sur la taxe carbone prend de l'ampleur, des entreprises spécialisées dans la gestion de l'énergie comme le groupe français, ou encore General Electric, Johnson Controls, ABB, Siemens misent de plus en plus sur les technologies 'vertes' et des pratiques permettant de réduire de 20 à 50% la facture énergétique.

Le nouveau siège de Schneider Electric à Rueil-Malmaison, baptisé "Le Hive" (la ruche), allie nouvelles technologies et développement durable sur une surface de 35.000 mètres carrés et sept niveaux. Automatisation et domotique sont omniprésentes.

Pour faire fonctionner éclairage, chauffage, climatisation et ascenseurs, Le Hive consomme 83 kilowatt-heure par mètre carré par an (kW-h/m2) et vise un objectif de 50 kW-h/m2 en 2012, contre 150 kW-h/m2 pour un bâtiment classique actuel.

"ANALYSE DES DÉRIVES"

"Un système d'analyse est capable de détecter des dérives", explique Thierry Djahel, montrant sur un écran les courbes comparatives des consommations de septembre et un pic inattendu de 19h00 à 21h00, sur la zone EFG du 3e étage.

Pour y remédier, le groupe mise notamment sur les écrans LCD installés dans les ascenseurs qui affichent le nombre d'arbres sauvés pour chaque geste lié à l'environnement.   Suite...