October 21, 2009 / 11:50 AM / 8 years ago

Technologies vertes et économies font bon ménage en entreprise

6 MINUTES DE LECTURE

par Claude Chendjou

RUEIL-MALMAISON, Hauts-de-Seine (Reuters) - La température dans la pièce est tombée à 17 degrés Celsius. Les lumières "intelligentes" et les poutres froides accrochées au plafond sont à l'arrêt depuis vingt minutes. Sur la table, ordinateurs, imprimantes et autres appareils restés allumés sont passés automatiquement en mode extinction.

"La pièce est gelée, car le système a détecté qu'il n'y a plus personne", explique Thierry Djahel, directeur Business Développement Efficacité Energétique chez Schneider Electric.

Alors que le débat sur la taxe carbone prend de l'ampleur, des entreprises spécialisées dans la gestion de l'énergie comme le groupe français, ou encore General Electric, Johnson Controls, ABB, Siemens misent de plus en plus sur les technologies 'vertes' et des pratiques permettant de réduire de 20 à 50% la facture énergétique.

Le nouveau siège de Schneider Electric à Rueil-Malmaison, baptisé "Le Hive" (la ruche), allie nouvelles technologies et développement durable sur une surface de 35.000 mètres carrés et sept niveaux. Automatisation et domotique sont omniprésentes.

Pour faire fonctionner éclairage, chauffage, climatisation et ascenseurs, Le Hive consomme 83 kilowatt-heure par mètre carré par an (kW-h/m2) et vise un objectif de 50 kW-h/m2 en 2012, contre 150 kW-h/m2 pour un bâtiment classique actuel.

"ANALYSE DES DÉRIVES"

"Un système d'analyse est capable de détecter des dérives", explique Thierry Djahel, montrant sur un écran les courbes comparatives des consommations de septembre et un pic inattendu de 19h00 à 21h00, sur la zone EFG du 3e étage.

Pour y remédier, le groupe mise notamment sur les écrans LCD installés dans les ascenseurs qui affichent le nombre d'arbres sauvés pour chaque geste lié à l'environnement.

Les ordinateurs fixes ont été bannis au profit des portables, deux fois plus économes en ressources tout en offrant davantage de souplesse pour le câblage.

Selon les analystes, les technologies vertes, loin de représenter un coût permanent, permettent d'économiser de l'argent, après un amortissement sur trois ans.

Sur les neuf premiers mois de l'année, Schneider Electric affirme ainsi avoir économisé 444.809 euros grâce au Hive, truffé de milliers de capteurs de présence et de contrôle.

D'après le cabinet d'étude Gartner, les coûts liés à l'énergie constituent le deuxième poste de dépenses pour 70% des centres informatiques, après les salaires.

"SERVEURS TRANSFORMÉS EN RADIATEURS"

"L'ajout d'un serveur est devenu un casse-tête, en raison de la chaleur dégagée par la machine", observe Jean-Marc Chartres, consultant chez Telindus, un cabinet spécialisé en sécurité informatique, estimant que 70% des pannes sur les serveurs sont liées à des problèmes énergétiques ou de surchauffe.

"J'ai vu des serveurs se transformer en radiateurs", dit-il.

La virtualisation, qui permet de réaliser des économies dans l'achat de matériel en faisant fonctionner plusieurs systèmes d'exploitation au sein d'une même machine, est aussi une piste.

Selon VMware, numéro un mondial des logiciels de virtualisation, cette technologie permet non seulement de réduire les déchets mais aussi d'abaisser les coûts de l'énergie jusqu'à 80%, au niveau informatique. Le groupe américain chiffre à 8,5 milliards de kW-h l'énergie économisée par ses clients.

D'après VMware, en optant pour la virtualisation, Qualcomm économise 19.000 dollars par mois. Solvay Pharmaceuticals avec 100 machines virtuelles a réalisé 1,5 million de dollars d'économies en coûts de matériel.

L'opérateur télécoms SprintNextel a pour sa part économisé 14 millions de dollars rien qu'en supprimant de son système informatique des applications obsolètes trop gourmandes.

"Une gestion verte n'est pas contraire aux objectifs de rentabilité", relève Doug Washburn. Selon cet analyste du cabinet Forrester Research, une étude a montré qu'aux Etats-Unis les entreprises les plus "vertes" avaient vu leurs profits et cours en Bourse progresser plus vite que ceux des sociétés ayant réduit leurs investissements dans le domaine.

Forrester Research observe que le recours à des PC répondant à la norme Energy Star et l'utilisation d'appareils multifonctions permettent déjà de substantielles économies.

Pour Pénélope Guy, coauteur de "Green It, les meilleures pratiques pour une informatique verte", la rationalisation des coûts d'impression qui peuvent représenter jusqu'à 3% des dépenses d'une entreprise, est nécessaire. Selon elle, une étude a montré qu'une page sur six imprimée est inutile et l'utilisation de polices comme l'"ecofont" permet de réduire significativement l'encre consommée par les imprimantes.

Edité par Gilles Trequesser

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below