Facebook voit son potentiel publicitaire supérieur à Google

vendredi 16 octobre 2009 20h24
 

par David Lawsky

PALO ALTO, Californie (Reuters) - Facebook vise un marché publicitaire plus important que celui des liens sponsorisés qui a permis à Google de devenir un géant, a déclaré la numéro 2 du site internet communautaire.

La directrice des opérations, Sheryl Sandberg, a également affirmé devant un public de spécialistes des nouvelles technologies que la croissance du chiffre d'affaires était telle que le groupe était en situation de trésorerie positive avec un temps d'avance sur le calendrier prévu, qui tablait sur l'année 2010.

Un membre du conseil d'administration a déclaré à Reuters que la société, qui n'est pas cotée en bourse, était en bonne voie pour atteindre un chiffre d'affaires de 500 millions d'euros cette année. Sheryl Sandberg n'a pas donné de chiffres.

La numéro 2 du groupe, qui combat l'idée que Facebook n'a pas de modèle économique viable, a présenté un plan d'attaque pour transformer le groupe en machine à liquidités, en tirant des revenus de nouveaux formats publicitaires destinés à ses 300 millions d'utilisateurs.

Sheryl Sandberg a comparé la publicité à un "entonnoir", qui se forme en attirant de nombreuses personnes et en créant la demande puis se termine avec un groupe restreint d'acheteurs.

Google, a-t-elle expliqué, a fait mieux que n'importe quelle autre société en la matière, en adressant la publicité à des personnes au sommet de l'entonnoir qui savaient ce qu'elles voulaient et qui cherchaient à l'acheter.

Sheryl Sandberg s'est exprimée quelques heures après que Google a publié un bénéfice net trimestriel de 4,38 milliards de dollars et supérieur aux attentes des analystes. .

"Si vous regardez les dépenses totales de publicité c'est à peu près 640 milliards de dollars annuels (...) C'est 10% de la demande qui est réalisée", ce qui est ce que font les liens sponsorisés de Google, a-t-elle déclaré.   Suite...

 
<p>La num&eacute;ro 2 de Facebook, Sheryl Sandberg, a d&eacute;clar&eacute; que le site internet communautaire visait un march&eacute; publicitaire plus important que celui des liens sponsoris&eacute;s qui a permis &agrave; Google de devenir un g&eacute;ant. /Photo d'archives/REUTERS/Kimberly White</p>