Une surenchère de Vivendi sur le brésilien GVT peu probable

jeudi 8 octobre 2009 15h33
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Il paraît peu probable que Vivendi se lance dans une coûteuse bataille d'enchères sur GVT étant donné que le marché de la téléphonie fixe brésilien est peu stratégique pour lui, estiment jeudi les analystes au lendemain de la contre-offre lancée par Telesp.

Un mois après l'OPA amicale surprise de 42 reals par action de Vivendi sur GVT, Telesp, filiale brésilienne de Telefonica, a surenchéri à 48 reals par action, valorisant le groupe brésilien à environ 2,5 milliards d'euros.

Vivendi, qui a interrompu en juillet des discussions en vue du rachat des actifs africains de l'opérateur mobile koweïtien Zain, continuera à rechercher des acquisitions dans les pays émergents s'il jette l'éponge dans le dossier GVT, soulignent aussi des analystes.

Une porte-parole du numéro un européen du divertissement n'a pas souhaité fournir d'indications sur les intentions du groupe.

"Le 'due diligence' était en cours de finalisation la semaine dernière'", a-t-elle simplement précisé.

Avant l'annonce de Telesp, une source proche du dossier a déclaré mercredi à Reuters que Vivendi avait l'intention de réunir le 14 octobre son conseil d'administration sur GVT, son OPA amicale étant soumise à des conditions devant être remplies avant le 16 octobre - notamment des "due diligence".

"Nous doutons que Vivendi s'engage dans une bataille d'enchères pour GVT : après tout le Brésil n'est pas stratégique pour le groupe français, dont la direction s'est montrée disciplinée en évitant de surpayer (des acquisitions) lors de récentes négociations", souligne Bernstein Research dans une note.

Vivendi s'est montré attaché au maintien de la note de sa dette à BBB et à la distribution d'au moins la moitié de son résultat net ajusté à ses actionnaires en 2009.   Suite...