Telesp surenchérit pour l'opérateur GVT face à Vivendi

mercredi 7 octobre 2009 20h39
 

Par Luciana Lopez et Guillermo Parra-Bernal

SAO PAULO (Reuters) - Telefonica a annoncé que sa filiale brésilienne Telesp, avait proposé de racheter l'opérateur GVT pour 2,55 milliards d'euros, surenchérissant ainsi sur l'offre faite il y a un mois par Vivendi.

Telesp (Telecomunicacoes de Sao Paulo) offre 48 reals par action GVT, soit six reals de plus que Vivendi, qui valorise GVT environ deux milliards d'euros. Telefonica vise une participation d'au moins 51% et souhaite à terme détenir 100% de GVT.

Vivendi s'est refusé à tout commentaire.

La contre-offre de Telefonica sur GVT n'est guère une surprise tant l'entreprise est considérée comme un point d'entrée indispensable sur le segment de services haut-débit de qualité au Brésil, notent des analystes financiers.

Un rapprochement entre Telesp et GVT relève d'une "stratégie logique intéressante pour les deux sociétés", déclare Telesp dans un document transmis aux autorités réglementaires.

Pour Telefonica, GVT constituerait une pièce maîtresse pour étendre les infrastructures de Telesp, actuellement limitées autour de Sao Paulo, a déclaré Maria Tereza Azevedo, analyste chez Link Corretora.

La bataille qui s'annonce pour la prise de contrôle de GVT risque fort d'être pimentée par la "pilule empoisonnée" dont s'est doté le groupe brésilien, qui empêche un changement de contrôle si l'acquéreur n'offre pas au moins une prime de 25% par rapport au plus haut cours de l'année écoulée.

"Il est loin d'être acquis que Vivendi est prêt à se lancer dans une surenchère pour GVT", a déclaré Bruno Hareng, analyste chez Oddo Securities.

Une autre analyste a toutefois jugé raisonnable le prix proposé par le groupe français, ce qui sous-entend que Vivendi dispose de la marge de manoeuvre, et des moyens financiers, lui permettant à son tour de faire une contre-offre sur celle de la filiale de Telefonica.

Avec Cyril Altmeyer et Dominique Vidalon à Paris, version française Marc Angrand et Benoît Van Overstraeten