6 octobre 2009 / 10:05 / il y a 8 ans

Les Nobel sacrent la fibre optique et l'âge numérique

<p>Le prix Nobel de physique a &eacute;t&eacute; d&eacute;cern&eacute; mardi aux Am&eacute;ricains Charles Kao (&agrave; gauche), Willard Boyle (au centre) et George Smith pour leurs "d&eacute;couvertes r&eacute;volutionnaires" sur la transmission de la lumi&egrave;re dans les fibres optiques. /Phoot d'archives/REUTERS/Scanpix</p>

par Niklas Pollard et Nicholas Vinocur

STOCKHOLM (Reuters) - En attribuant mardi le prix Nobel de physique aux Américains Charles Kao, Willard Boyle et George Smith, l‘Académie royale des Sciences de Suède couronne deux avancées majeures de notre ère technologique: la fibre optique et la révolution de la prise de vue numérique.

Né à Shanghai en 1933, le premier, qui détient la double nationalité britannique et américaine, a donné un formidable coup d‘accélérateur aux recherches sur la fibre optique en 1966. La moitié du prix Nobel 2009 lui revient.

Les deux autres se partagent l‘autre moitié du prix pour une invention aux répercussions tout aussi quotidiennes: les capteurs CCD, véritable “oeil électronique” qui équipe aujourd‘hui les appareils photo et autres caméscopes numériques et a supplanté la photo argentique.

“Lorsque le prix Nobel de physique aura été annoncé à Stockholm, une grande partie du monde recevra le message quasi instantanément, pratiquement à la vitesse de la lumière”, souligne l‘Académie en anticipant les alertes des agences de presse, des sites d‘information et des médias audiovisuels.

Or cette accélération de la diffusion de l‘information doit beaucoup à Kao et à ses travaux qualifiés de visionnaires.

Dans les années 1960, la technique rudimentaire de la fibre optique permettait de transmettre de la lumière, et donc des images, sur une vingtaine de mètres seulement. Au-delà, la déperdition du signal était telle que 1% seulement du signal lumineux introduit à l‘extrémité de la fibre optique était encore lisible.

Ingénieur en électronique ayant soutenu sa thèse en 1965 à Londres, et travaillant parallèlement aux Standard Telecommunications Laboratories, Charles Kuen Kao et son jeune collègue George Hockham vont briser cette barrière.

En janvier 1966, au prix de calculs précis, Kao affirme qu‘en utilisant une fibre des plus pures il serait possible de transmettre des signaux lumineux sur plus de 100 kilomètres.

L‘engouement gagne la communauté scientifique et quatre ans plus tard seulement, en 1970, les premières fibres optiques ultrapures sont fabriquées avec succès.

Kao s’était fixé comme objectif de trouver le moyen de préserver 1% du signal lumineux après un kilomètre. L‘efficacité actuelle de la fibre optique est de 95%.

“Aujourd‘hui les fibres optiques constituent le système de diffusion qui nourrit notre société de la communication”, souligne l‘Académie suédoise. “Textes, musiques, images et vidéos peuvent être transférés tout autour du globe en une fraction de seconde.”

Et l‘Académie des Sciences de s‘amuser: si on mettait bout à bout la totalité des fibres optiques qui maillent la planète, on obtiendrait un fil d‘un milliard de kilomètres - 25.000 fois le tour de la Terre.

OEIL ÉLECTRONIQUE ET PIXELS

L‘invention qui vaut à Willard Boyle et George Smith d’être eux aussi distingués est quasi contemporaine de l‘oeuvre de Kao. En 1969, ces deux chercheurs mettent au point la première technologie d‘imagerie utilisant les capteurs CCD (pour Charge-Coupled Device).

Point de départ de leur invention, un dessin sur un tableau noir tracé en septembre 1969 dans le bureau de Boyle, au Bell Labs, le laboratoire implanté près de New York par la compagnie téléphonique AT&T Bell où ils sont tous les deux employés.

Boyle, qui est né en 1924 à Amherts, Canada, et Smith, né en 1930, ne songent alors pas à la capture d‘images, mais à améliorer la “mémoire électronique”.

Leur but initial ne sera pas atteint, mais leur procédé va révolutionner la prise de vue et donner naissance à la photographie numérique dont les applications sont quotidiennes. “Cela a révolutionné la photographie, la lumière pouvant désormais être capturée électroniquement et non plus sur un film argentique”, souligne l‘Académie suédoise.

En 1970, les deux hommes expérimentent leur capteur dans une caméra vidéo. La première application industrielle date de 1972, lorsque l‘entreprise américaine Fairchild fabrique un capteur d‘une résolution de 10.000 pixels.

La première caméra dotée d‘un capteur CCD est mise en vente en 1981. La précision ne cessera d‘augmenter: les capteurs actuels peuvent atteindre 13 millions de pixels.

“Nous sommes ceux qui avons lancé la profusion des petits appareils photos partout dans le monde”, a réagi Willard Boyle à l‘annonce de son prix.

Et la généralisation des appareils numériques met fin au monopole de la photo argentique, renvoyant Louis Daguerre et son procédé présenté en 1839 devant l‘Académie des Sciences de France aux archives de la technique.

La moitié de la dotation de dix millions de couronnes suédoises (près d‘un million d‘euro) a été attribuée à Charles Kao; George Smith et Willard Boyle se partageront l‘autre moitié.

La saison des Nobel se poursuit mercredi avec la chimie Suivront les prix Nobel de littérature (jeudi), de la paix (vendredi) et d’économie (lundi prochain).

Version française Jean-Philippe Lefief et Henri-Pierre André

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below