27 septembre 2009 / 16:08 / dans 8 ans

Le n°1 des télécoms en Iran cédé aux Gardiens de la révolution

TEHERAN (Reuters) - Un groupe d‘investisseurs affilié aux Gardiens de la révolution, force d’élite du régime iranien, a pris le contrôle de l‘opérateur public de télécommunications en rachetant 50% du capital plus une action pour l’équivalent d‘environ 5,3 milliards d‘euros, rapporte dimanche la presse iranienne.

Cette opération confirme l‘influence croissante des Gardiens en Iran depuis l’élection à la présidence de Mahmoud Ahmadinejad, lui-même ancien membre de cette formation, en 2005.

L‘agence de presse semi-officielle Mehr, citant un responsable de l‘organisme public chargé des privatisations, précise qu‘il s‘agit de la plus importante transaction boursière jamais réalisée depuis la création de la république islamique.

Deux consortiums iraniens étaient en lice pour prendre le contrôle de Telecommunications Company of Iran (TCI) et c‘est Etemad Mobin qui l‘a emporté, explique Mehr. Un troisième candidat a été disqualifié pour des raisons de sécurité, a précisé l‘agence Isna.

L‘agence officielle Irna a rapporté pour sa part qu‘Etemad Mobin appartenait à la fondation coopérative des Gardiens de la révolution.

Mehdi Aghdaie, directeur adjoint de l‘agence des privatisation, a précisé que la valeur de la participation cédée représentait environ 10% de la capitalisation boursière totale du marché iranien.

ACCÈS DIFFICILE POUR LES ÉTRANGERS

L’économie iranienne reste dominée par l‘Etat mais le gouvernement s‘efforce actuellement d‘accélérer les privatisations.

L‘an dernier, le directeur de la Bourse de Téhéran avait déclaré à Reuters que plusieurs investisseurs étrangers avaient manifesté leur intérêt pour une éventuelle prise de contrôle de TCI.

Mais en raison des tensions diplomatiques liées au programme nucléaire iranien, les analystes estiment que les privatisations devraient, pour l‘essentiel, se traduire par des transferts de participations entre entreprises publiques iraniennes.

Le groupe sud-africain MTN Group, numéro un des télécoms en Afrique subsaharienne, est toutefois implanté en Iran, où il possède 49% d‘Irancell, un opérateur mobile concurrent de TCI.

Les Gardiens de la révolution ont été très actifs dans la politique de reconstruction du pays lancée après la guerre contre l‘Irak. Leurs investissements s’étendent maintenant à de nombreux secteurs incluant l‘import-export, le pétrole et le gaz, la défense, les transports et la construction.

Selon le Trésor américain, ils ont noué des liens avec des entreprises représentant plusieurs milliards de dollars de chiffre d‘affaires.

L‘an dernier, le Fonds monétaire international (FMI) avait jugé que le processus de privatisations iranien s’était accéléré mais que, “en raison du manque de grands investisseurs privés, de nombreuses entités contrôlées par l‘Etat avaient été acquises par des institutions du secteur quasi-public par le biais de paiements non-numéraires ou différés”.

Hashem Kalantari, avec Hossein Jaseb, version française Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below