Sarkozy réservé sur la nécessité d'un 4e opérateur mobile

mardi 15 septembre 2009 18h58
 

PARIS (Reuters) - Le président Nicolas Sarkozy a exprimé des réserves quant à la nécessité d'un quatrième opérateur de téléphonie mobile en France, à quelques semaines de la date limite de dépôt des candidatures pour la quatrième licence 3G, fixée au 29 octobre à midi.

Evoquant la question lors d'un déjeuner avec les députés UMP, le chef de l'Etat, dont les propos sont rapportés par des participants, a déclaré : "Je suis assez sceptique et réservé sur le choix d'un quatrième opérateur de téléphonie mobile. Car le prix le plus bas n'est pas forcément le meilleur."

L'Arcep, le régulateur des télécommunications, a lancé un appel d'offres pour l'attribution d'une quatrième licence de téléphonie mobile de troisième génération (3G), pour un prix fixé à 240 millions d'euros.

Parmi les candidats pressentis, Iliad, propriétaire des fournisseurs d'accès à internet Free et Alice, a confirmé à Reuters début septembre réfléchir à présenter seul un dossier. Le groupe était, en 2007, l'unique candidat à un premier appel d'offres avorté.

L'opérateur mobile sans réseau (MVNO) Virgin Mobile a indiqué de son côté, en juillet dernier, qu'il discutait d'un partenariat en vue d'une candidature commune avec le câblo-opérateur Numericable et des groupes étrangers.

L'homme d'affaires égyptien Naguib Saouiris, président d'Orascom Telecom a également déclaré en juillet qu'il pourrait s'allier à un autre candidat pour présenter un dossier.

Bolloré serait également intéressé dans le cadre d'un partenariat.

Les détenteurs existants de licences de téléphonie mobile 3G, France Telecom, Vivendi et Bouygues, avaient déboursé 619 millions d'euros chacun en 2001 et 2002.

France Telecom et Vivendi comptent contester le prix de la quatrième licence auprès de la Commission européenne, tandis que Bouygues Telecom a indiqué réfléchir également à un recours.

Yann Le Guernigou et Marie Mawad, édité par Sophie Louet et Cyril Altmeyer

 
<p>Le pr&eacute;sident Nicolas Sarkozy a exprim&eacute; des r&eacute;serves quant &agrave; la n&eacute;cessit&eacute; d'un quatri&egrave;me op&eacute;rateur de t&eacute;l&eacute;phonie mobile en France, &agrave; quelques semaines de la date limite de d&eacute;p&ocirc;t des candidatures pour la quatri&egrave;me licence 3G, fix&eacute;e au 29 octobre &agrave; midi. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann</p>