Alerte de l'UE contre les sites internet de vente d'électronique

mercredi 9 septembre 2009 15h58
 

BRUXELLES (Reuters) - Plus de la moitié des sites internet en Europe de vente de produits électroniques bafouent les droits des consommateurs ou abusent de leur confiance, estime l'instance de l'Union européenne chargée de la protection du consommateur, après avoir contrôlé 369 sites dans 28 pays.

Environ un quart des internautes européens utilisent le web pour acheter des produits électroniques tels que caméscopes numériques, téléphones portables ou lecteurs de DVD, générant un marché évalué à 6,8 milliards d'euros par an environ.

"Il y a beaucoup de travail à faire dans les mois à venir pour assainir le secteur", déclare mercredi dans un communiqué Meglena Kuneva, commissaire européenne aux Affaires de consommation. "Au vu de la correspondance que je reçois (...) il s'agit d'un réel problème pour les consommateurs."

Il revient à présent aux régulateurs nationaux de forcer les sites incriminés à amender leurs pratiques, sans quoi il leur sera demandé de fermer boutique.

L'enquête a été menée dans 26 pays de l'UE, plus l'Islande et la Norvège. Les contrôles effectués par les autorités nationales en mai ont montré que 55% des sites étudiés - parmi lesquels 200 des plus importants - trompaient les consommateurs sur leurs droits, les frais d'expédition ou fournissaient des informations incomplètes en cas de contact.

Environ deux tiers des sites problématiques n'informaient pas ou mal les acheteurs sur leur droit d'annuler une commande sous sept jours et de retourner le produit sans explication.

Près d'un tiers des sites critiqués n'indiquaient pas correctement leurs coordonnées de sorte que le consommateur ne pouvait pas les contacter en cas d'insatisfaction.

Pete Harrison, version française Claude Chendjou

 
<p>Plus de la moiti&eacute; des sites internet en Europe de vente de produits &eacute;lectroniques bafouent les droits des consommateurs ou abusent de leur confiance, selon l'instance de l'Union europ&eacute;enne charg&eacute;e de la protection du consommateur. Apr&egrave;s avoir contr&ocirc;l&eacute; 369 sites dans 28 pays, il appara&icirc;t que 55% des sites &eacute;tudi&eacute;s trompent le consommateur sur ses droits, les frais d'exp&eacute;dition ou ses coordonn&eacute;es. /Photo d'archives/REUTERS</p>