La consolidation n'est pas forcément la réponse, dit Alcatel

mardi 8 septembre 2009 19h52
 

par Marie Mawad et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - La consolidation n'est pas forcément la réponse pour palier les difficultés du secteur des équipements télécoms, a déclaré Adolfo Hernandez, directeur de la région Europe, Moyen-Orient et Afrique d'Alcatel-Lucent, dans un entretien à Reuters.

"Nous continuons de travailler pour devenir plus efficients en terme de coûts, mais ça ne veut pas dire que le seul futur soit un futur consolidé" pour les équipementiers télécoms, a-t-il expliqué, tranchant avec la position des dirigeants de son concurrent Nokia-Siemens Networks, qui tablent sur une consolidation de cette industrie.

Pour répondre à la perte de vitesse du secteur, ainsi qu'aux fortes pressions sur les marges, le dirigeant de la zone EMOA estime que la convergence des réseaux, l'innovation, ainsi que la montée en force des activités de service constituent les éléments clés du redressement des marges pour les acteurs de cette industrie.

Prié de commenter la tendance d'activité globale du marché européen, Adolfo Hernandez a constaté que "nous assistons aujourd'hui à un certain degré d'optimisme, de l'optimisme réaliste" chez les clients.

Il a précisé que "les clients sont sélectifs et investissent moins", même si certains segments continuent de figurer en tête des priorités pour les opérateurs, comme la convergence entre fixe et mobile, ainsi que le passage des réseaux à la norme de transmission IP.

"Il y a également des poches de croissance dans certaines zones géographiques, comme l'Afrique ou le Moyen-Orient", a-t-il également ajouté.

Alcatel-Lucent a indiqué tabler sur une baisse du marché comprise entre 8% et 12% en 2009, tandis que le directeur opérationnel de son concurrent Nokia-Siemens Networks a confirmé lundi à Reuters s'attendre à un recul de 10%.

Édité par Jean-Michel Bélot

 
<p>La consolidation n'est pas forc&eacute;ment la r&eacute;ponse pour palier les difficult&eacute;s du secteur des &eacute;quipements t&eacute;l&eacute;coms, a d&eacute;clar&eacute; &agrave; Reuters Adolfo Hernandez, directeur de la r&eacute;gion Europe, Moyen-Orient et Afrique d'Alcatel-Lucent. "Nous continuons de travailler pour devenir plus efficients en terme de co&ucirc;ts, mais &ccedil;a ne veut pas dire que le seul futur soit un futur consolid&eacute;", a-t-il expliqu&eacute;. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>