28 août 2009 / 11:03 / dans 8 ans

Bouygues plus optimiste qu'il y a trois mois

<p>Martin Bouygues a expliqu&eacute; la l&eacute;g&egrave;re r&eacute;vision &agrave; la hausse de son objectif de chiffre d'affaires annuel par le fait que son groupe est plus optimiste trois mois auparavant. /Photo prise le 30 juin 2009/REUTERS/Philippe Wojazer</p>

Par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Martin Bouygues explique la légère révision à la hausse de son objectif de chiffre d‘affaires annuel par le fait que son groupe est plus optimiste qu‘il y a trois mois.

“Nous revoyons notre prévision de chiffre d‘affaires en hausse de 200 millions d‘euros, ce n‘est pas très significatif mais c‘est quand même significatif de l’état d‘esprit du moment, c‘est-à-dire que nous sommes plus optimistes que nous l’étions il y a trois mois”, a déclaré le PDG du groupe de B-TP, de médias et de télécommunications au cours d‘une conférence de presse.

Bouygues a relevé jeudi soir, à l‘occasion de la publication de ses semestriels, sa prévision de chiffre d‘affaires annuel à 31,5 milliards d‘euros contre 31,3 milliards envisagés en juin .

Vers 12h15, l‘action Bouygues prenait 7,3% à 34,50 euros.

Le nouvel objectif traduirait une contraction un peu inférieure à 4% du C.A. total en 2009, dont une baisse de 6% attendue en France et un chiffre d‘affaires stable à l‘international.

“Dans les métiers de la construction, les premiers effets des plans de relance sont attendus au second semestre 2009 et plus significativement en 2010”, a ajouté Martin Bouygues.

Le groupe s‘est félicité du démarrage de Bouygues Telecom, troisième opérateur mobile français, dans la téléphonie fixe via la Bbox, une activité dont le niveau de marge est jugé attractif.

Martin Bouygues n‘a en revanche pas livré le détail chiffré de la performance d‘Ideo, première offre “quadruple play” (internet, télévision, téléphone fixe et mobile) lancée à ce jour en France.

Au sujet de l‘interdiction par le tribunal de Créteil ce mois-ci de l‘installation par Orange (France Télécom) d‘une antenne relais dans le 13e arrondissement de Paris au nom du principe de précaution, Martin Bouygues a estimé que le gouvernement allait être obligé de bouger sur le sujet.

“La multiplication des contentieux liés aux antennes pose un problème de fond”, a-t-il ajouté, soulignant au passage les implications du débat pour la 4e licence 3G.

“On vend une licence qu‘il est impossible de déployer tout simplement parce qu‘on ne peut pas ouvrir de site”, a-t-il déclaré.

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below