La baisse des ventes de mobiles a ralenti au 2e trimestre

mercredi 12 août 2009 14h59
 

par Tarmo Virki

HELSINKI (Reuters) - Les ventes mondiales de téléphones portables ont poursuivi leur repli au deuxième trimestre mais à un rythme moindre qu'au premier, la baisse des prix ayant dopé la demande de "smartphones", rapporte le cabinet d'études Gartner.

Les ventes de combinés ont reculé de 6% sur la période allant d'avril à juin, alors que les consommateurs des pays émergents et développés réduisent leurs dépenses dans un contexte économique incertain, ajoute le cabinet spécialisé dans les nouvelles technologies. Il a également confirmé sa prévision d'une contraction de 4% du marché sur l'ensemble de 2009.

Entre janvier et mars, l'industrie de la téléphonie mobile avait connu le pire trimestre de son histoire, avec une chute de 9% des ventes.

"Les choses sont sans aucun doute en train de se stabiliser du côté de la demande", estime Carolina Milanesi, analyste chez Gartner.

En plus d'une demande plus faible, l'industrie des téléphones portables a pâti au deuxième trimestre du déstockage chez les détaillants, conséquence du ralentissement économique de la fin 2008.

Gartner estime que les stocks de combinés ont été réduits de 14 millions d'unités entre avril et juin après une baisse de 25 millions sur les trois premiers mois de l'année. Le cabinet américain s'attend à ce que les stocks aient un impact plus faible sur le marché mondial au cours du deuxième semestre de l'année.

LES SMARTPHONES GAGNENT DU TERRAIN

Malgré le ralentissement global du marché des téléphones portables, les ventes de smartphones, comme l'iPhone d'Apple, ont augmenté de 27% entre avril et juin par rapport au deuxième trimestre de l'année dernière, note Gartner.   Suite...

 
<p>Selon le cabinet d'&eacute;tude Gartner, les ventes mondiales de t&eacute;l&eacute;phones portables ont recul&eacute; de 6% au deuxi&egrave;me trimestre, alors que les consommateurs des pays &eacute;mergents et d&eacute;velopp&eacute;s r&eacute;duisent leurs d&eacute;penses dans un contexte &eacute;conomique incertain. /Photo d'archives/REUTERS</p>