Départ du directeur général de Nortel qui creuse sa perte

lundi 10 août 2009 18h50
 

TORONTO (Reuters) - Nortel Networks annonce la démission, avec effet immédiat, de son directeur général Mike Zafirovski, ainsi qu'un conseil d'administration très allégé, qui passera de neuf à trois membres.

Le groupe canadien en faillite, qui était encore il y a peu le premier équipementier télécoms nord-américain, a également fait état d'une aggravation de sa perte trimestrielle, plombé par d'importants coûts de réorganisation et une chute de ses ventes.

L'équipementier s'emploie à organiser son propre démantèlement sous tutelle judiciaire et Mike Zafirovski, dont le départ était largement anticipé depuis l'annonce du dépôt de bilan en début d'année, a dit qu'il était persuadé de réunir des offres pour la totalité des actifs de la société d'ici la fin septembre.

"Les discussions progressent. Elles sont prometteuses et nous avons bon espoir de conclure des accords de premier offrant ("stalking horse") pour l'ensemble des parties de l'entreprise... avant que ce trimestre ne soit passé", a-t-il dit à la presse.

Il a ajouté qu'aucune décision n'avait été prise concernant le copieux portefeuille de brevets de Nortel, qui suscite l'intérêt de Research In Motion.

Pour l'heure aucun remplaçant n'a été désigné à la succession de Mike Zafirovski.

Nortel a dit pour sa part avoir perdu 274 millions de dollars, soit 0,55 dollar par action, contre une perte de 113 millions (0,23 dollar par action) il y a un an. Cette perte inclut des coûts de réorganisation de 130 millions de dollars.

Le chiffre d'affaires de Nortel, qui a notamment cédé ses activités sans fil au suédois Ericsson pour 1,13 milliard de dollars, a reculé de 25% à 1,97 milliard de dollars sur le deuxième trimestre.

Wojtek Dabrowski, version française Benoit Van Overstraeten et Wilfrid Exbrayat

 
<p>Nortel Networks annonce la d&eacute;mission, avec effet imm&eacute;diat, de son directeur g&eacute;n&eacute;ral Mike Zafirovski, ainsi qu'un conseil d'administration tr&egrave;s all&eacute;g&eacute;, qui passera de neuf &agrave; trois membres. Le groupe canadien en faillite a &eacute;galement fait &eacute;tat d'une aggravation de sa perte trimestrielle, plomb&eacute; par d'importants co&ucirc;ts de r&eacute;organisation et une chute de ses ventes. /Photo prise le 24 juillet 2009/REUTERS/Chris Wattie</p>