6 août 2009 / 19:16 / il y a 8 ans

Les fabricants de PC à l'assaut de la forteresse Apple

<p>Un ordinateur MacBook Pro dans un magasin Apple &agrave; San Francisco. Les fabricants de PC qui convoitent depuis longtemps la part de march&eacute; et la client&egrave;le d'Apple ne manqueront pas de saisir la chance qui leur est offerte avec l'av&egrave;nement d'ordinateurs portables plus puissants, plus l&eacute;gers, plus fins et surtout moins co&ucirc;teux qu'un Mac. /Photo prise le 21 juillet 2009/REUTERS/Robert Galbraith</p>

par Clare Baldwin

SAN FRANCISCO, 6 août Reuters) - Les fabricants de PC qui convoitent depuis longtemps la part de marché et la clientèle d‘Apple ne manqueront pas de saisir la chance qui leur est offerte avec l‘avènement d‘ordinateurs portables plus puissants, plus légers, plus fins et surtout moins coûteux qu‘un Mac.

Tout dépendra cependant de leur capacité à rivaliser avec l‘aura chic de la firme à la pomme et sa réputation de fiabilité.

Les analystes estiment que la prochaine génération de “notebooks”, ces ordinateurs portables dédiés principalement à internet, pourrait rapidement devenir une alternative crédible aux portables Apple en termes de prix et de performance, grâce aux plates-formes de processeurs “CULV” d‘Intel.

Les puces CULV, pour “Consumer Ultra-Low Voltage” (consommation énergétique ultra-basse), permettront en effet aux PC portables d’être plus petits et plus légers, pouvant dès lors rivaliser notamment avec le modèle ultrafin MacBook Air.

Les processeurs Intel sont aujourd‘hui beaucoup moins gourmands en énergie. Ils n‘ont donc plus besoin d‘autant d‘espace pour leur système de refroidissement et peuvent être beaucoup plus fins tout en étant assez puissants pour gérer les fonctions multimédias que les utilisateurs demandent.

Les fabricants de PC, d‘ASUStek à Hewlett-Packard en passant par Acer, mettent les bouchées doubles pour concevoir des notebooks qui feraient moins de 2,5 centimètres d’épaisseur, seraient dotés d‘une autonomie améliorée de 60% et pourraient être vendus moitié moins cher que les 1.500 dollars d‘un MacBook Air (1.000 euros environ).

Apple règne sur le marché haut de gamme. En juin, en base dollars, le groupe de Cupertino détenait 91% du marché des ordinateurs coûtant plus de 1.000 dollars aux Etats-Unis, selon les estimations du cabinet NPD.

Tandis que la base de la clientèle Apple grossit et est connue pour être d‘une extrême fidélité, la question du prix la rend vulnérable, jugent les analystes. En période de récession économique, une nouvelle génération de PC Windows plus fins pourrait séduire.

Les consommateurs sont toujours tentés par des machines plus fines et moins chères. Contrairement aux PC de bureau, les ventes de portables sont attendues en hausse sur l‘année 2009, tirées par le segment des netbooks (mini-ordinateurs simples et peu chers), dont la part de marché devrait plus que doubler jusqu’à représenter 9,5 % des ventes globales d‘ordinateurs cette année, selon l‘institut IDC.

Les modèles ultrafins qui arrivent actuellement sur le marché sont vendus à des prix situés entre ceux des netbooks et ceux des portables traditionnels. Intel s‘attend, en ce qui les concerne, à une croissance similaire à celles des netbooks. Les analystes jugent que le positionnement “entrée de gamme” des netbooks les a peut-être empêchés de rivaliser avec les produits Apple, mais que les portables PC dernier cri pourraient réduire l’écart voire le combler.

UNE QUESTION DE CHOIX

Hormis les aspects de prix et de performance, les fabricants de PC devront trouver le moyen de contrecarrer les autres points forts de l‘image d‘Apple.

Selon les analystes, la clientèle Apple attache autant d‘importance au logiciel qu‘au matériel, et les acheteurs sont prêts à payer plus cher pour la facilité d‘utilisation et la fiabilité du système d‘exploitation.

De nombreux utilisateurs se plaignent du manque de cohérence dans l‘installation des applications avec le système d‘exploitation (OS) de Microsoft, Windows, alors que le Mac OS permet une utilisation des logiciels quasi instantanée.

“Si vous êtes un utilisateur Mac, il y a peu de chances que vous adoptiez une plate-forme ‘Wintel’ (contraction de Windows et Intel, ndlr) juste parce qu‘il y a de nouvelles fonctions. Ce n‘est pas l’élément déclencheur pour le coeur de clientèle Mac”, souligne Ashok Kumar, analyste pour Collins Stewart LLC.

Le futur système Windows 7, attendu en octobre, pourrait favoriser l‘implantation de la nouvelle plate-forme ultrafine, mais rien n‘est moins sûr. Cependant, même si ses fans ne sont pas prêts à changer de camp, Apple pourrait être forcé de baisser ses prix plus tôt que prévu, prédisent les analystes.

Le MacBook Air est passé à 1.500 dollars, après une réduction de 300 dollars décidée en juin. Les nouveaux portables ultrafins devraient être vendus entre 500 et 800 dollars, plus probablement autour des 700 dollars.

Si les consommateurs ont démontré qu‘ils étaient prêts à mettre le prix pour les produits Apple, les analystes estiment que le contexte économique pourrait changer la donne.

“Leur image de marque leur laisse certainement un peu de marge de manoeuvre en termes de prime à la qualité”, avance Laura DiDio, analyste ITIC, estimant que pour le secteur la marge acceptable est de 15-20% pour la plupart des produits. Elle conclut en soulignant que les gens sont également de plus en plus fidèles à leur porte-monnaie.

Changer un prix peut se faire rapidement et c‘est une décision qu‘Apple ne prendra pas dans l‘immédiat, soulignent les analystes.

Personne chez Apple n’était disponible dans l‘immédiat pour commenter.

LA RIPOSTE SERAIT PRÊTE

Même si les concurrents d‘Apple préparent une rafale de nouveautés pour entamer sa position, l‘inventeur de l‘iPod pourrait bien élaborer une stratégie de pénétration du marché d‘entrée de gamme.

Malgré l‘habitude qu‘a pris Apple de lancer des produits emblématiques, sa part de marché dans le secteur informatique reste minuscule. Les machines à la pomme représentait moins de 3% des ventes de PC dans le monde en 2008, et occupaient la septième place du classement en termes de parts de marché, selon IDC.

Apple pourrait accroître sa part de marché s‘il baissait ses prix ou lançait un nouveau produit moins cher, selon les analystes.

“Le marché de l‘informatique mobile et portable est de toute évidence un segment important pour eux”, dit Mike Abramsky de RBC Capital Market. “Ils vont donc continuer à lancer sur ce secteur des produits qui sont en phase avec les tendances du marché, allure, prix, etc...”

Et même si les dirigeants d‘Apple ont snobé le phénomène des netbooks, arguant que les machines étaient limitées et faisaient le sacrifice de la qualité ou des marges au vu des prix pratiqués, certains analystes pensent que la firme de Cupertino prépare sa riposte. Il pourrait s‘agir d‘un appareil plus petit aux allures de tablette, prévu pour le deuxième semestre de l‘année, qui permettrait à Apple d‘accroître sa part de marché.

Les avis divergent, mais Brian Marshall de BroadPoint AmTech attend une annonce pour le trimestre en cours, avec un produit qui serait vendu 599 dollars.

Avec Gabriel Madway, version française Patrice Mancino

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below