Bharti et MTN prolongent leurs discussions de fusion

lundi 3 août 2009 07h45
 

NEW DELHI (Reuters) - Les opérateurs de télécommunications Bharti Airtel et MTN Group annoncent prolonger d'un mois, jusqu'au 31 août, leurs discussions exclusives en vue d'une fusion, qui donnerait naissance au numéro trois mondial du secteur.

Dans des communiqués séparés, l'indien Bharti et le sud-africain MTN expliquent que la structure et les modalités de leur éventuel rapprochement pourraient être ajustés au terme de ces nouvelles discussions.

Les deux groupes avaient relancé ces pourparlers en mai, un an après l'échec de négociations initiales, dû à un désaccord sur le contrôle du nouvel ensemble.

Leur fusion créerait un géant des télécoms dans les pays émergents avec plus de 200 millions de clients en Inde, en Afrique et au Moyen-Orient.

Un tel groupe se classerait au troisième rang mondial par le nombre de clients derrière China Mobile et Vodafone. Mais son chiffre d'affaires, de l'ordre de 14 milliards d'euros, serait très inférieur à ceux de ces derniers.

Les discussions exclusives sur le projet de rapprochement, qui devrait conduire Bharti et MTN à débourser des capitaux et à émettre des actions pour nouer des participations croisées, devaient initialement s'achever le 31 juillet. Des sources avaient rapporté à Reuters qu'elles étaient en passe d'être prolongées d'au moins deux ou trois semaines.

"Peut-être ont-ils besoin de davantage de temps pour conclure un accord sur la structure de l'opération et le paiement global", a déclaré lundi R.K. Gupta, directeur de Taurus Asset Managment à New Delhi. "A ce stade, il n'y a pas grand chose de clair. Mais une offre améliorée ne peut être exclue, car certains actionnaires de MTN veulent que Bharti paient davantage."

Selon l'accord préliminaire, MTN et ses actionnaires devraient prendre 36% de Bharti Airtel tandis que ce dernier détiendrait 49% de MTN.

Devidutta Tripathy, version française Marc Angrand

 
<p>Le sud-africain MTN et l'indien Bharti Airtel, op&eacute;rateurs t&eacute;l&eacute;coms, prolongent d'un mois, jusqu'au 31 ao&ucirc;t, leurs discussions exclusives en vue d'une fusion, qui donnerait naissance au num&eacute;ro trois mondial du secteur. /Photo d'archives/REUTERS/Mike Hutchings</p>