France Télécom conteste le prix de la 4e licence 3G

samedi 1 août 2009 12h15
 

PARIS (Reuters) - France Télécom annonce son intention de saisir la Commission européenne pour contester le prix de vente de la quatrième licence de téléphonie mobile de troisième génération (3G) en France.

Dans l'appel à candidatures, publié au Journal officiel, le prix est de 240 millions d'euros, comme recommandé par la Commission des participations et des transferts (CPT), chargée de conseiller l'Etat pour l'estimation de ses actifs.

En janvier dernier, le gouvernement avait avancé une première estimation de 206 millions d'euros.

France Télécom avait par la suite laissé entendre qu'il porterait plainte à Bruxelles si le montant de 240 millions, évoqué en juin par le gouvernement, était confirmé.

"Sur la base de ce prix, on va saisir la Commission européenne", a confirmé samedi à Reuters une porte-parole de l'opérateur.

France Télécom ne remet pas en question l'ouverture du secteur à un nouvel entrant, seulement le prix de vente, et réclame des conditions équitables, a-t-elle souligné.

L'opérateur historique avait déboursé 619 millions d'euros pour une licence complète en 2001, tout comme SFR la même année et Bouygues Telecom en 2002.

L'appel à candidatures porte sur une "mini-licence" de cinq mégahertz réservée à un nouvel entrant, plus cinq mégahertz rétrocédés par les opérateurs existants.

Deux autres blocs de cinq mégahertz, accessibles également à tous les opérateurs, seront ultérieurement mis en vente.   Suite...

 
<p>Le Journal officiel publie samedi l'appel &agrave; candidatures pour la quatri&egrave;me licence de t&eacute;l&eacute;phonie mobile de troisi&egrave;me g&eacute;n&eacute;ration (3G), qui est destin&eacute;e &agrave; un nouvel entrant. Le prix fix&eacute; pour la licence est de 240 millions d'euros, comme recommand&eacute; par la Commission des participations et des transferts (CPT), charg&eacute;e de conseiller l'Etat pour l'estimation de ses actifs. /Photo d'archives/REUTERS/Vivek Prakash</p>