Capgemini anticipe une dégradation de sa marge en 2009

jeudi 30 juillet 2009 15h02
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Capgemini annonce anticiper une dégradation de 1,5 point de sa marge opérationnelle en 2009 à environ 7% et a abaissé à 3-4% sa prévision de décroissance organique au lieu de 2%, malgré des premiers signes de stabilisation dans certaines régions.

Le premier groupe de services informatiques européen n'entrevoit qu'une "reprise modérée" de l'activité en 2010, sans pouvoir dire si elle se traduira par un retour à la croissance organique, a précisé son directeur général Paul Hermelin.

L'action s'adjuge 7,30% à 30,945 euros vers 14h30 à la faveur de résultats conformes aux attentes, avec des prises de commandes et une trésorerie nette jugées solides par les analystes.

Au second semestre, Capgemini anticipe une décroissance organique de 4% à 6%, la partie la plus défavorable de la fourchette étant fournie par "prudence".

"La prévision pour le chiffre d'affaires du second semestre semble plus ambitieuse que celle d'Accenture qui a dit prévoir une baisse de 7% pour juillet-septembre", souligne Bank of America/Merrill Lynch dans une note.

Le marge opérationnelle ressort à 287 millions d'euros, avec un taux de 6,6%, en ligne avec l'objectif fixé par le groupe.

Capgemini, qui est concurrent Accenture et d'Atos Origin sur certains contrats, a fourni une prévision annuelle de marge pour la première fois, visant environ 7% grâce à "une gestion encore plus rigoureuse de ses coûts".

Le chiffre d'affaires a baissé de 2% au premier semestre à taux de change et périmètre constants, conformément aux attentes du groupe et malgré un deuxième trimestre plus difficile que prévu. Il ressort à 4.376 millions d'euros, en ligne avec le consensus établi par Reuters.   Suite...

 
<p>Paul Hermelin, directeur g&eacute;n&eacute;ral de CapGemini. Le premier groupe de services informatiques europ&eacute;en anticipe une d&eacute;gradation de 1,5 point de sa marge op&eacute;rationnelle en 2009 &agrave; environ 7% et abaisse &agrave; 3-4% sa pr&eacute;vision de baisse organique de ses ventes, malgr&eacute; des premiers signes de stabilisation dans certaines r&eacute;gions. /Photo d'archives/REUTERS</p>