Gameloft mise sur les smartphones

mardi 28 juillet 2009 18h06
 

par Florent Le Quintrec

PARIS (Reuters) - Gameloft, spécialiste du jeu vidéo grand public sur téléphone mobile, voit dans le développement des smartphones (type iPhone ou BlackBerry) une "révolution" pour les consommateurs et des opportunités "très importantes" pour le groupe d'ici 2 à 5 ans.

"Le consommateur va avoir le choix dans les années à venir et il va trouver pour son téléphone une gamme d'applications très riches et de très haute qualité", a déclaré le P-DG de Gameloft, Michel Guillemot, dans une interview à Reuters.

"Pour moi, c'est une vraie révolution, vous allez avoir un appareil dans votre poche que vous allez utiliser d'une manière qui n'a rien à voir avec aujourd'hui", a-t-il ajouté au cours de l'entretien téléphonique. "Et le positionnement de Gameloft, c'est d'être le meilleur fournisseur de jeux et de loisirs pour ces plateformes."

Les smartphones, dont le plus célèbre est actuellement l'iPhone d'Apple, permettent à la fois de téléphoner, de surfer sur internet et d'utiliser de nombreuses applications parmi lesquelles des jeux vidéos.

L'éditeur de jeux digitaux (jeux vidéos grand public pour mobiles), dont le chiffre d'affaires semestriel a augmenté de 20%, résiste à la crise car son marché est en pleine croissance avec la multiplication de ce type de combinés, contrairement au marché du jeu vidéo classique sur consoles qui s'inscrit en net recul au premier semestre. Ubisoft a ainsi enregistré une chute de son chiffre d'affaires et révisé en baisse ses prévisions pour l'exercice en cours.

"La partie digitale est dans une phase de croissance qui fait qu'on ne subit pas le genre de perturbations qui peut arriver au secteur du jeu vidéo classique. Il faut séparer la dynamique des deux métiers", a précisé Michel Guillemot.

Gameloft estime à environ un milliard le potentiel de clients dans le jeu mobile et axe clairement sa stratégie sur ce segment.

"La stratégie, c'est de faire du jeu téléchargeable. Le jeu mobile est une des formes de loisirs les moins onéreuses (1 à 5 euros par jeu), donc c'est un élément important par rapport au contexte économique", a souligné le P-DG.   Suite...